Le blog juridique de Murielle Cahen

Quelle protection pour le jeu vidéo ?

Le 27/02/2012, par Murielle Cahen, dans Technologies / Sécurité & Protection.

Vos réactions...

   

La protection du jeu vidéo est organisée selon la jurisprudence par le régime de l'oeuvre de collaboration.

Les contours de la protection du jeu vidéo n'ont cessé d'évoluer ces dernières années. La jurisprudence a en effet hésité entre une qualification d'oeuvre unitaire, ou d'oeuvre distributive. Se décidant pour la seconde, un jugement récent (TGI de Paris 30 septembre 2011) attribuerait la qualité d'oeuvre de collaboration au jeu vidéo, sa protection étant ainsi régie par les règles applicables à ce type d'oeuvre.

L'hésitation jurisprudentielle menant à une qualification distributive du jeu vidéo

Le jeu vidéo : une oeuvre unitaire protégée par le régime des logiciels

Le jeu vidéo étant un regroupement de différentes contributions de nature différente, logicielle, musicale, graphique, qui forme un tout, sa qualification pose donc un problème évident.

La jurisprudence s'est dirigée vers une qualification unitaire du jeu vidéo. Il s'agit alors de dégager un des éléments du jeu vidéo d'étendre l'application des règles qui lui sont propres à l'ensemble des éléments constitutifs du jeu vidéo.

Dans l'arrêt Midway de la Cour de Cassation du 21 juin 2000, les juges qualifient donc clairement le jeu vidéo d'oeuvre logicielle unitaire dont la protection est largement avantageuse pour l'éditeur de ladite oeuvre ayant la qualité d'auteur.

Cette qualification a été largement critiquée au point d'aboutir à un changement de qualification opérée par l'arrêt de la Cour de Cassation dit CRYOdu 25 juin 2009.

Qualification distributive du jeu vidéo : chaque élément protégé en fonction de sa nature

La jurisprudence s'est tournée vers une qualification distributive du jeu vidéo, l'arrêt CRYO du 25 juin 2009 de la Cour de cassation considère ainsi que chacune des parties distinctes doit être régie par les règles qui lui sont applicables en fonction de sa nature.

Il en résulte que la partie logicielle du jeu vidéo reste protégée par le régime spécifique accordé aux logiciels. En revanche, les auteurs des autres éléments pourront invoquer les règles spécifiques à la nature de leur contribution. Il s'agit là d'une avancée importante pour ces auteurs qui voient leurs droits renforcés.

En premier lieu, comme c'est le cas pour tous types d'oeuvre, les auteurs devront satisfaire la condition de l'originalité de leur contribution au jeu vidéo pour se prévaloir de la protection par le droit d'auteur.

La question de la composition musicale insérée au jeu vidéo a par ailleurs fait l'objet d'un jugement du Tribunal de Grande Instance de Paris en date du 30 septembre 2011. Ce jugement a une portée large en ce qu'il vient préciser le statut du jeu vidéo et de sa protection en se fondant sur la jurisprudence CRYO.

Mise en oeuvre de la protection du jeu vidéo : l'oeuvre audiovisuelle de collaboration

La protection du jeu vidéo par le statut de l'oeuvre collective écartée

Dans le jugement du TGI de Paris du 30 septembre 2011, les juges ont privilégié le statut d'oeuvre audiovisuelle de collaboration pour le jeu vidéo au détriment de celui qui plus avantageux pour l'éditeur du jeu vidéo, le statut d'oeuvre collective. En cela, les juges se placent dans les sillons de la jurisprudence CRYO, en rejetant la qualification d'oeuvre unitaire (oeuvre collective) au profite de l'oeuvre distributive (oeuvre de collaboration).

En effet, dans cette affaire, il était question d'une composition musicale créée dans le cadre d'un contrat de travail conclu avec une société spécialisée dans le domaine du jeu vidéo et destinée à un jeu vidéo donné. Cependant, le demandeur, c'est-à-dire la personne à l'origine de la composition musicale en question, s'est aperçu que les morceaux de musique qu'il avait crées étaient également rassemblés sur un CD commercialisé sur un site internet, et cela sans son autorisation. Le demandeur s'estimant être l'auteur de ces morceaux a donc assigné la société en contrefaçon de droit d'auteur.

La société défenderesse a quant elle estimé que le demandeur de pouvait invoquer sa qualité d'auteur dans la mesure où il ne disposait pas d'une liberté de création, mais qu'au contraire il était subordonné aux instructions de la société.

La question s'est donc posée de savoir s'il était possible d'assimiler le jeu vidéo à une oeuvre collective.

Dans le jugement du 30 septembre, le tribunal retient que la composition musicale peut être séparée du jeu vidéo et qu'il est possible d'attribuer un droit distinct au compositeur sur cette contribution. De plus, le tribunal souligne l'indépendance de création dont a bénéficié l'auteur. Les juges ont tiré de ces constatations la qualité d'auteur du compositeur.

En cela, le tribunal écarte le jeu vidéo du régime de l'oeuvre collective dans la mesure où l'autonomie dans le processus créatif a été caractérisée.

Au regard de ce qui précède, le TGI de Paris a donc conclu que le jeu vidéo constituait une oeuvre de collaboration ouvrant le droit à la protection par le droit d'auteur. La question est à présent de savoir comment s'organise cette protection si toutefois cette qualification était retenue.

La protection du jeu vidéo par le régime de l'oeuvre de collaboration

L'article L113-3 du Code de la propriété intellectuelle précise que "L'oeuvre de collaboration est la propriété commune des coauteurs. Ils doivent exercer leurs droits d'un commun accord. En cas de désaccord, il appartiendra à la juridiction civile de statuer."

Il découle de cet article que les actes d'exploitation du jeu vidéo devront être consentis par l'ensemble des coauteurs, ce qui a été confirmé par l'arrêt de la 1ere Ch. Civ. de la Cour de cassation du 19 décembre 1989. Ainsi, dans l'hypothèse où le contentement de l'ensemble des coauteurs du jeu vidéo n'a pas été recueilli, les actes d'exploitation constitueraient une contrefaçon (Cass / 1ere Civ. 19 mai 1976). Par ailleurs, les actions en protection des droits sur l'oeuvre doivent également être exercées en commun à peine d'irrecevabilité, c'est ce qu'a décidé la Cour de cassation dans un arrêt du 4 octobre 1988.

Voyons à présent la protection des contributions à part entière. Le musicien qui a élaboré les morceaux de musique pour le jeu vidéo est donc auteur, et il bénéficie sur cette contribution des droits de propriété intellectuelle et artistique. Il pourra ainsi se prévaloir des prérogatives (droit de reproduction prévu à l'article L122-3 du CPI, droit de représentation prévu à l'article L122-2, droit de suite prévu à l'article L122-8 ) et du droit moral (droit de divulgation prévu à l'article L121-2 du CPI, droit de paternité prévu à l'article L121-1, droit au respect de la création prévu à l'article L121-1, droit de retrait et de repentir prévu à l'article L121-4).

De plus, il peut notamment exercer ses droits en autorisant des actes d'exploitation de sa contribution. Dans le cadre d'une oeuvre de collaboration néanmoins, ce droit est aménagé comme suit. L'auteur d'une contribution peut consentir l'exploitation de celle-ci sans en demander l'autorisation à l'ensemble des coauteurs de l'oeuvre. C'est en effet ce que dispose l'article L113-3, alinéa 4 du CPI.

Néanmoins, l'article L113-3 apporte une limite à cette liberté d'exploitation en disposant que l'exploitation de la contribution personnelle ne doit pas "porter préjudice à l'exploitation de l'oeuvre commune".

De plus l'auteur d'une contribution dispose d'une action en contrefaçon dans l'hypothèse où une utilisation de sa contribution aurait été réalisée sans son consentement. On se trouvait justement dans cette hypothèse dans le jugement du 30 septembre 2011.

Par Murielle CAHEN,
Avocat

© 2012 Net-iris & Murielle Cahen

   

Commentaires et réactions :


 Fiche de Murielle Cahen

Profession : Avocate
Société : Cabinet d'avocats Murielle Cahen
Site web : Murielle-cahen.com/

Blog ouvert le : 27/11/2000
Nombre d'articles publiés : 155

Ses publications antérieures au 27/02/2012 :


Ses dernières publications au 08/12/2016:

-