Le blog juridique de Murielle Cahen

Enchères en ligne, originalité de catalogues et contrefaçon

Le 12/11/2013, par Murielle Cahen, dans Technologies / Droit de l'internet.

Vos réactions...

   

Un site d'enchères en ligne dans le marché de l'art a été sanctionné pour contrefaçon et parasitisme de catalogues et de photographies.

Dans un arrêt du 26 juin 2013, la Cour d'appel de Paris a sanctionné un site d'enchères en ligne dans le marché de l'art pour contrefaçon et parasitisme de catalogues et de photographies.

Elle retient notamment des éléments de preuves informatiques pour prouver la titularité des droits et l'originalité des photographies (CA Paris, pôle 5, chambre 1, 26 juin 2013, M.B c/ SA Camard et associés, n° RG 10/24329).

La Cour d'appel de Paris considère qu'en reproduisant sans autorisation sur son site internet "artprice.com" les catalogues de la société requérante protégeables au titre du droit d'auteur, la société défenderesse s'est rendue coupable d'actes de contrefaçon.
En effet, M. B. est un photographe professionnel travaillant notamment pour des maisons de ventes aux enchères dans le but de confectionner des catalogues de vente. La société Camard et associés est une maison de ventes organisant des ventes volontaires aux enchères publiques. La société Artprice.com exploite une base de données en ligne de 25 millions d'indices accessible en cinq langues, laquelle contient de nombreux catalogues de maisons de ventes qui lui sont adressés par ces dernières et qui ont été intégralement numérisés. Revendiquant 1,3 million d'abonnés, elle a développé un service "artprice images".

M. B. et la société Camard et associés, estimant que la société Artprice.com portait atteinte à leurs droits d'auteur et commettait des actes de concurrence déloyale et parasitaire à leur encontre, ont fait assigner cette dernière en référé devant le Tribunal de grande instance de Paris du fait de la reproduction sans autorisation des catalogues et des photographies les illustrant. Cependant, cette action a été déclarée irrecevable faute d'avoir démontré l'originalité des catalogues en cause. Son jugement est infirmé pour une large part par les juges d'appel.
Ainsi qu'il est rappelé, la société Camard et associés fait valoir que la société Artprice.com a procédé à la numérisation et à la mise à disposition du public de plus de 71 de ses catalogues (années 2004 à 2009) en violation de ses droits d'auteur sur lesdits catalogues.

Le débat sur l'originalité des catalogues de vente de la société Camard et associés

La société Camard et associés énonce qu'un catalogue est protégé par le droit d'auteur s'il est suffisamment original et qu'en l'espèce l'originalité résulte des compositions, mises en forme, textes d'accompagnement des objets présentés, présentation des sommaires, positionnement et dimensions des titres, choix des couleurs, choix des typographies utilisées, mise en page de la couverture, etc.

De son côté, la société Artprice.com invoque l'absence d'originalité des éléments informationnels contenus dans les catalogues et, plus généralement, l'absence d'originalité des catalogues pris dans leur ensemble.

Ce n'est donc pas la position de la Cour d'appel de Paris qui rappelle à cette fin que "si toutes les oeuvres de l'esprit, quels qu'en soient le genre, la forme d'expression, le mérite ou la destination sont protégeables au titre du droit d'auteur, elles doivent cependant révéler un effort de création de la part de leur auteur sans lequel la conception matérialisée de sa production intellectuelle ne caractérise pas l'apport original indispensable, seul susceptible de leur conférer le droit de prétendre à la qualification d'oeuvre de l'esprit, mais les laisse demeurer dans la catégorie des réalisations banales qui, dépourvues de l'empreinte ou du reflet de la personnalité de l'auteur ou de ses choix créatifs, ne peuvent bénéficier de la protection".

Elle relève, ensuite, que la société Artprice.com ne revendique pas de droits d'auteur sur les photographies publiées dans ses catalogues, mais sur les catalogues eux-mêmes. Ainsi, la Cour d'appel énonce qu'"un catalogue ne peut se voir conférer le caractère d'oeuvre protégeable au sens de l'article L. 112-3 du Code de la propriété intellectuelle qu'autant que le travail de sélection, de classement et de présentation reflète la personnalité de l'auteur".
Or, il s'avère qu'à la suite de l'examen par la Cour de chacun des catalogues litigieux produits aux débats, il apparaît que pour un certain nombre "[ils] présentent des caractéristiques propres à leur accorder la protection au titre du droit d'auteur". Elle en conclut que "ces catalogues dont l'originalité se manifeste dans leur composition, la mise en oeuvre des lots présentés selon un certain ordre et de façon méthodique, dans le choix des citations, des notices biographiques et leur rédaction, présentent une physionomie propre qui les distingue des autres catalogues de ventes aux enchères et qui traduit un parti pris esthétique empreint de la personnalité de leur auteur".

Aussi, en reproduisant sans autorisation sur son site internet "artprice.com" les catalogues de la société Camard et associés protégeables au titre du droit d'auteur, la société Artprice.com s'est rendue coupable d'actes de contrefaçon de droit d'auteur à son préjudice.

Le débat sur l'originalité des photographies de M. B.

La société Artprice.com soutient que M. B. a cédé ses droits d'auteur de manière exclusive aux différentes maisons de vente éditrices des catalogues mis en ligne, ne rapportant pas la preuve contraire ; qu'en outre il ne démontre pas ne pas avoir apporté ses droits à la société de gestion collective ADAGP. Or, la société Camard et associés ne revendique pas de droits patrimoniaux sur les photographies de M. B. figurant dans ces catalogues, son action en contrefaçon ne portant que sur les catalogues eux-mêmes ainsi qu'analysé précédemment. Il n'est donc pas établi que M. B. ait cédé ses droits patrimoniaux aux maisons de vente éditrices des catalogues en cause. Ainsi, le jugement entrepris sera confirmé en ce qu'il a rejeté la fin de non-recevoir soulevée par la société Artprice.com pour absence de qualité pour agir de M. B.

Par ailleurs, la société Artprice.com soutient que M. B. n'est pas cité seul en qualité de photographe dans un certain nombre de catalogues et ne justifie pas être l'auteur des photographies y figurant. Or, M. B. justifie être l'auteur des 12.168 photographies non seulement par la copie informatique de ses factures, mais aussi par le fait qu'il est nommément cité comme auteur des photographies revendiquées dans la plupart des catalogues faisant l'objet du litige.

Considérant que pour les photographies où il n'est pas cité comme auteur, M.B. justifie avoir adressé des photographies aux sociétés de ventes volontaires aux enchères pour constituer les catalogues ; qu'il détient en outre non seulement les fichiers numériques JPEG de ces photographies (les dates figurant sur ces fichiers n'étant pas celles de leur création, mais de leur dernière modification) mais également les fichiers originaux au format RAW et TIF avant leur transformation en fichiers JPEG.

Sur l'originalité à proprement parler, la société Artprice.com invoque le défaut d'originalité des photographies litigieuses en précisant que le photographe s'était contenté de reproduire les objets d'art de la manière la plus banale possible en respectant uniquement les contraintes techniques imposées par les maisons de vente nécessaires à l'uniformisation de leurs catalogues. Considérant que M. Stéphane B. réplique qu'une partie importante de ses photographies sont originales et protégées au titre du droit, précisant qu'il ne revendique pas une telle protection pour les photographies essentiellement techniques qu'il fait valoir les choix opérés sur le travail de la lumière et des ombres, la disposition des objets, la lumière, le positionnement des meubles, le fond des photographies, le travail effectué a posteriori sur les photographies.

La Cour rappelle que pour "bénéficier de la protection au titre du droit d'auteur une photographie doit être une création intellectuelle propre à son auteur, reflétant sa personnalité par ses choix dans la pose du sujet et son environnement, l'angle de prise de vue, le jeu des ombres et de la lumière, le cadrage et l'instant convenable de la prise de vue". Elle considère ainsi que le photographe "a effectué une recherche particulière non seulement du positionnement de chacun des objets mais également pour certains d'entre eux de son cadrage en retenant arbitrairement un détail particulier de l'objet (notamment pour les objets d'art tels que les sculptures), que le positionnement des objets a fait l'objet de choix esthétiques particuliers, plusieurs objets pouvant figurer sur la même photographie en opposition ou en complémentarité les uns par rapport aux autres (notamment pour des meubles ou des ensembles de table), créant ainsi une dynamique particulière".

C'est par conséquent une condamnation record contre Artprice pour contrefaçon que prononce la Cour d'appel de Paris. De fait, à la suivre, le préjudice moral subi par la maison de ventes "résulte de la vulgarisation et de la banalisation des catalogues (...) du fait de leur mise en ligne sur internet". La société Artprice.com s'est d'ores et déjà pourvue en cassation, estimant qu'il serait "inimaginable que la Cour de cassation remette en cause près de cent ans de jurisprudence".

Par Muriel Cahen,
Avocat

© 2013 Net-iris & Murielle Cahen

   

Commentaires et réactions :


-