Le blog juridique de Jean Belotti

Téléphones et ordinateurs à bord des avions, vers un assouplissement

Le 19/02/2014, par Jean Belotti, dans Public / Transport.

Vos réactions...

   

La Commission européenne va autoriser les passagers à utiliser leurs appareils électroniques en vol.

Dans une précédente chronique, Jean Belotti, consultant en aéronautique, avait expliqué qu'il fallait éteindre téléphones portables, ordinateurs portables, lecteurs MP3, baladeurs, radios et caméscopes lors des phases de décollages et d'atterrissages, afin d'éviter les interférences dans les communications des pilotes avec le contrôle aérien.
Il avait estimé qu'il était probable que l'EASA (European Aviation Safety Agency) - s'inspirant de la décision de la FAA américaine qui a assoupli les règles actuelles - prendrait la même décision.

Usage des téléphones dans les avions - qu'en est-il en ce début 2014 ?

Selon Jean Belotti, la Commission européenne va autoriser les passagers à utiliser leurs appareils électroniques en vol, ce qui sera un élément de confort supplémentaire pour les passagers. Il reste que l'autorisation du commandant de bord sera toutefois nécessaire pour pouvoir laisser allumés les téléphones portables, les tablettes et liseuses configurés en “mode avion”, non connecté aux réseaux.

L'Union européenne a donné son feu vert car les nouvelles générations d'avions qui fonctionnent comme des ordinateurs ont désormais de câbles gainés, protégés, armés donc beaucoup plus résistants aux ondes électromagnétiques de l'extérieur. Ainsi, cela permettant de garantir la fiabilité du message qui passe à l'intérieur, le risque d'interférences a donc disparu.

Retenons que seuls les textos et les courriers électroniques seront autorisés et non pas les appels. Pourquoi ? Parce qu'un avion se comporte comme une cage de Faraday, laquelle protège des nuisances électriques, mais elle fait également bouclier contre les champs électromagnétiques. Donc, pas de possibilité de téléphoner avec votre portable. En revanche, il sera possible d'envoyer des messages qui partiront sous forme informatique.

Pour bientôt, la prochaine étape sera la connexion à un réseau, qui pourra se faire depuis le réseau mobile d'un opérateur local ou bien via un réseau propre à la compagnie aérienne elle-même.

Classement des compagnies aériennes dangereuse ?

On voit fleurir sur Internet toutes sortes de sites qui prétendent classer les compagnies aériennes en fonction de leur “dangerosité”. Qu'en pensez-vous ?

Jean Belotti explique avoir, entre-autres, lu que la compagnie australienne Qantas avait été élue la plus sûre, puisqu'elle n'avait enregistré aucun accident meurtrier depuis 1951. Or, ces classements, même s'ils se fondent sur certains faits connus et statistiques, ne sont en rien représentatifs de la dangerosité des compagnies.

Pour mesurer cette dangerosité, il faudrait, comme je l'ai souvent expliqué, avoir accès aux domaines technique et social des compagnies et des centaines d'ateliers agréés des États les plus laxistes en la matière.

De plus, une compagnie peut être dangereuse un jour et ne plus l'être le lendemain. Inversement, elle peut être “sûre” un jour et ne plus l'être le lendemain.

Une compagnie peut avoir eu plusieurs accidents, dont elle n'a aucune responsabilité, ayant respecté strictement tous les textes en vigueur et avoir cependant mauvaise presse. Inversement une compagnie peut avoir le vent en poupe, donc être "blanche", alors que de très nombreux incidents et anomalies existent, alors qu'ils ne seront révélés qu'à la suite d'un grave accident. Les exemples sont nombreux.

Par Jean Belotti,
Consultant en aéronautique

© 2014 Net-iris & Jean Belotti

   

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :


 Fiche de Jean Belotti

Profession : Consultant aéronautique
Société : Ancien pilote de ligne
Docteur d'Etat es-sciences économiques

Blog ouvert le : 08/12/2000
Nombre d'articles publiés : 44

Ses publications antérieures au 19/02/2014 :


Ses dernières publications au 09/12/2016:

-