Le blog juridique de Cabinet Picovschi

7 astuces pour améliorer sa trésorerie d'entreprise et mieux faire face à la crise

Le 18/09/2009, par Cabinet Picovschi, dans Affaires / Commercial & Sociétés.

Vos réactions...

   

Rentrée 2009 : les entreprises ont échappé au pire mais cela ne veut pas encore dire qu'elles ont gagné la partie. Car selon une étude menée par le Figaro.fr, (L'entreprise), le diagnostic des experts n'est pas au beau fixe.

Le pouvoir d'achat des Français ne s'est pas renforcé depuis la rentrée dernière. C'est le moins qu'on puisse dire !

Corrélativement, le carnet de commande des petites et moyennes entreprises est peu rempli. Certaines ont fait le choix de limiter les progressions salariales jusqu'en 2010. D'autres décideront de jeter l'éponge. C'est ainsi que les prévisions vont vers la hausse des dépôts de bilan.

Les entreprises qui avaient bénéficié d'un moratoire concernant les charges fiscales et sociales entre le quatrième trimestre 2008 et le deuxième trimestre 2009 n'ont pas toutes réussi à adapter leurs coûts à la baisse de leur chiffre d'affaires. Tous les secteurs de l'automobile ont été affectés par la crise. Ceux du transport et de l'immobilier poursuivent leur déclin. Les petits commerces ferment leurs portes en raison de la baisse de la consommation.

Pour bon nombre d'entreprises, qui nous l'espérons, survivront à la crise, il est temps de réagir.

De multiples astuces sont susceptibles sinon de renflouer la trésorerie, du moins de se procurer des économies.

Astuce n° 1 : chasser les créances douteuses et conclure avec des clients solvables

Nombre d'entreprises rencontrent des difficultés de trésorerie en raison des impayés. A cet effet, il est utile de s'intéresser à la société avec laquelle on va faire affaires. Pour y procéder, il suffit de se procurer les renseignements à partir des actes obligatoirement déposés au Registre du commerce et des sociétés. Muni du simple numéro SIRET, ou de la dénomination sociale de l'entreprise et de son siège social, vous pouvez commander, via des sites tel Infogreffe, les bilans, les actes modificatifs, l'extrait KBIS, l'état des nantissements et des créances, les dettes au Trésor. Ces documents vous permettent de vérifier si l'entreprise a changé souvent de gérants ce qui ne serait pas un bon indicateur. Ils pourront vous guider sur le résultat net réalisé mais aussi sur le passif social et la nature des créances. Trop de dettes au Trésor peut être un signe révélateur de l'ouverture par le Greffe d'une procédure de sauvegarde voire de cessation des paiements.

Astuce n° 2 : réduire les délais de paiement ou obtenir des avances

Il a été observé qu'en France, les entreprises réglaient leurs factures en 67 jours c'est-à-dire dix jours de plus que la moyenne européenne. Il faudrait que les entreprises se fassent payer en 57 jours car cela permettrait de dégager de la trésorerie supplémentaire. Depuis le 1er janvier 2009, la loi de modernisation de l'économie plafonne la durée de règlement à 60 jours depuis la date d'émission de la facture. Ce qui explique que l'entreprise doit émettre très rapidement sa facture car le temps qu'elle laisse s'écouler lui fait perdre de l'argent. S'agissant des contrats de prestation de service, il est recommandé aux entreprises de demander une avance de l'ordre de 20 ou 30 %.

Astuce n°3 : gagner du temps et rééchelonner sa dette

Alors que les créances doivent être réglées au plus vite, il n'en va pas de même des dettes pour lesquelles il est judicieux d'essayer de gagner du temps. Il est possible d'engager une procédure de conciliation ou de mandat ad hoc devant le Président du Tribunal de commerce afin de demander que soit examinée la perspective d'une rééchelonnement sur deux ans des dettes.

Astuce n°4 : relancer les mauvais payeurs

Il faut persévérer dans la relance des clients qui rechignent à honorer leurs créances. Certaines entreprises ont été dans l'obligation de créer un service ayant pour mission exclusive de relancer les clients. D'autres ont mis en place le système du prélèvement automatique, parvenant ainsi à réduire leurs encours.

Astuce n°5 : les petites entreprises devraient passer par des centrales d'achat pour diminuer leurs coûts fournisseurs

Les petites entreprises ne disposent pas d'un service spécialement consacré à négocier les contrats avec les fournisseurs. Ce sont souvent les directeurs eux-mêmes via leurs assistantes qui s'en occupent. Alors même qu'elles pensent obtenir de bons prix, elles ne commandent pas assez de fournitures pour en atteindre de meilleurs. Une astuce consiste à faire appel à des centrales d'achat qui groupent les commandes de plusieurs petites entreprises et qui peuvent ainsi parvenir à faire jouer la concurrence. Pour les entreprises axées sur la prestation de service, ce sont surtout les coûts en téléphonie et en fournitures de bureaux qui méritent une réduction. Il est nécessaire de comparer les tarifications pratiquées par les différents opérateurs afin que les appels locaux ne soient pas surfacturés alors que les appels étrangers sont les plus souvent donnés.

Astuce n°6 : optimiser la fiscalité qui pèse sur l'entreprise

Les entreprises doivent songer à améliorer leur fiscalité. C'est ainsi par exemple qu'elles bénéficient d'un plafonnement de la taxe professionnelle à 3,5 % de la valeur ajoutée, indépendamment du chiffre d'affaires réalisé. D'où l'astuce consistant à minimiser la valeur ajoutée pour atteindre plus facilement le plafond. A cet effet, il serait opportun de transférer des charges exceptionnelles en charges courantes. L'entreprise paiera moins de taxe professionnelle si elle parvient à déclarer qu'un bâtiment lui sert de lieu d'archivage plutôt que de bureaux. Dans le même sens, l'entreprise assujettie à l'impôt sur les sociétés aura davantage intérêt à diminuer les amortissements. Ce sont des investissements ayant vocation à baisser la base de l'impôt sur les sociétés. Les sociétés faisant des dépenses de recherche bénéficient de crédits d'impôt, de 50 % la première année et de 30 % les années suivantes. Si l'entreprise crée un site internet, il est possible de déclarer à ce titre des dépenses de recherche.

Astuce n°7 : négocier une aide ponctuelle avec le banquier

L'entreprise peut demander à son banquier une aide ponctuelle consistant dans l'octroi d'un découvert bancaire ou dans la transformation des crédits à court terme en crédits à long terme, le temps utile pour passer la crise …

Ces astuces ne sont évidemment pas exhaustives et il incombe parfois d'être entourés de consultants ingénieux pour trouver de quoi renflouer sa trésorerie …

par Ronit ANTEBI, Avocat
Cabinet d'Avocats Picovschi

© 2009 Net-iris & Cabinet Picovschi

   

Commentaires et réactions :


-