Le blog juridique de Raphael Piastra

Relisons Samuel Huntington...

Le 11/07/2012, par Raphael Piastra, dans Public / Droits de l'homme.

Vos réactions...

   

L'Occident risque t-il d'être remis en cause par des civilisations hostiles au premier rang desquelles, celle prônée l'islam ?

L'arrivée au pouvoir des islamistes après les "printemps arabes" et les récents événements du Mali où quelques talibans incultes ont profané des tombes classées, montrent s'il en était besoin que Samuel Huntington avait raison.

"Le choc des civilisations" (Odile Jacob, 1997) qu'il écrivit en 1993, démontrait que l'Occident risquait d'être remis en cause par des civilisations hostiles au premier rang desquelles, celle prônée l'islam. Les attentats du 11 septembre 2001 "donnent une certaine validité à mes théories. Je préférerais qu'il en aille autrement".

Mort en 2007, que dirait aujourd'hui celui qui est considéré comme un des plus grands sociologues américains du XXe ?

Selon lui on est d'abord passé de conflits géopolitiques de conquête du pouvoir à des conflits idéologiques (guerre froide). Puis à la fin des années 80, avec la chute du mur de Berlin, on est arrivé à des conflits de type culturels, civilisationnels.

"Les conflits centraux de la politique globale opposeront des nations et des groupes relevant de civilisations différentes. Le choc des civilisations dominera la politique à l'échelle planétaire. Les lignes de fracture entre les civilisations seront des batailles du futur".

Et Huntington définit ces civilisations par rapport à leur religion de référence. Et l'on s'aperçoit aujourd'hui que celle qui pose le plus grave problème est celle reposant, bien entendu, sur l'Islam. La préconisation de Huntington pour éviter les conflits majeurs est que les puissances dominantes de chaque bloc restent sur sa zone d'influence. Chaque grande puissance doit, en d'autres termes, se cantonner à n'intervenir hors de leur zone civilisationnelle.

Il faut constater aujourd'hui que de toutes les religions planétaires, seule l'Islam est basée sur la conquête (des occidentaux, les croisés), l'expansion hors de sa zone d'influence, la conversion à outrance. Le tout basé, essentiellement, sur la charia (loi islamique) et le djihad (exercice de la force notamment par l'épée contre les mécréants).

Est-ce un hasard si, depuis quelques années, l'islam est devenu la 2ème religion au monde avec bientôt 2 milliards de fidèles (la 2ème en France) ? Qu'est-ce qu'Al Qaïda (la base, même décapitée de Ben Laden) et Aqmi ? Que sont les talibans ?

Les bras armés d'un islamisme guerrier qui, même s'ils ne résument pas l'islam, démontrent que c'est une religion (une civilisation) dont certains fondements sont dangereusement expansionnistes.

Doit-on alors, comme le pensait Huntington, se cantonner à notre sphère d'influence face à cela ?

Assurément, non. Ce n'est ni plus ni moins qu'une guerre, à peine larvée, qui est menée contre l'occident chrétien, contre le "grand Satan américain". A l'heure où l'Iran est en passe d'avoir l'arme nucléaire, on peut estimer que, d'ici peu, la diplomatie aura trouvé ses limites. Seule Israël semble être lucide, et surtout prête, dans cette zone très sensible. Il y va de sa survie mais certainement aussi d'une partie du monde libre. Le scénario du pire serait-il le pire des scénarii ?

Rappelons-nous toujours cette phrase de St Just : "Pas de liberté pour les ennemis de la liberté".

Notre collègue, Jeannette Bougrab, alors ministre disait avec courage en 2011 : "je ne connais pas d'islamisme modéré (…), ni de charia light".

Et de dire son inquiétude face à la montée islamiste au Maroc, en Tunisie, en Egypte et de rappeler les 200.000 morts algériens victimes de celle-ci. Et de rappeler aussi le sort fait aux femmes par cette religion. On y rajoutera la Libye et, bientôt, la Syrie. El Assad, dieu merci, va tomber, mais il est fort à parier que c'est un pouvoir islamiste qui lui succédera.

S. Huntington avait raison, il y a des fractures entre civilisations. Entre celle issue de l'occident chrétien et celle de l'islam, c'est patent. Le problème c'est comment la réduire ?...

Par Raphael PIASTRA
Maître de Conférences des Universités

© 2012 Net-iris & Raphael Piastra

   

Commentaires et réactions :


 Fiche de Raphael Piastra

Profession : Maître de conférences en droit public
Société : Université d'Auvergne
Site web : U-clermont1.fr/

Blog ouvert le : 22/10/2007
Nombre d'articles publiés : 73

Ses publications antérieures au 11/07/2012 :


Ses dernières publications au 06/12/2016:

-