Le blog juridique de Raphael Piastra

Un an...

Le 13/05/2013, par Raphael Piastra, dans Public / Droit Administratif.

Vos réactions...

   

Un an après l'élection de François Hollande à la présidence de la République, celui-ci est devenu le Président le plus impopulaire depuis 1958.

Le 6 mai 2012, la France élisait le 7ème président de la Vème République en la personne de François Hollande (51,64% des voix). Nous avons déjà souligné dans ces colonnes que ce qui caractérisait ce dernier (comme son premier ministre d'ailleurs) était l'inexpérience totale du pouvoir à ce niveau. Nous avions des craintes quant à la conduite de la France. Un an après, les faits nous ont donné raison. A tel point que F. Hollande est devenu, à ce stade du mandat, le président le plus impopulaire depuis 1958. Que s'est-il donc passé ?

D'abord, dans la lignée du "moi président", un fort espoir était suscité. Après le quinquennat soit disant "anormal" de N. Sarkozy, on nous annonçait, comme un leitmotiv parfois pesant, une présidence "normale" basé sur le fameux changement des 60 engagements. Il est apparu que jusqu'à la fin de l'été, la présidence exercée par le nouvel élu s'apparentait essentiellement à celle de la IVème exercée par V. Auriol ou René Coty : débonnaire et passive. Y avait-il un pilote dans l'avion, s'interrogeaient un grand nombre de français ? Quid des réformes annoncées ?

Ensuite, les premiers sondages de la rentrée furent négatifs. Il y eut aussi le dossier Florange et le début de cohabitation Montebourg/ Ayrault. Les chiffres du chômage, de l'inflation et des déficits publics se sont aggravés. Et le budget 2014 se préparait dans la confusion et des débuts de contestations au sein même de la majorité. Heureusement qu'en face la droite reprenait sa posture favorite de plus bête du monde avec notamment la lutte fratricide Copé/Fillon pour la présidence de l'UMP !...

Devant la gravité de la crise et la montée du mécontentement, F. Hollande a dû faire activer les réformes. Quoi de concret ? Rien de fondamental ni de véritablement structurel surtout en matière économique : baisse (symbolique) des rémunérations du chef de l'Etat et des ministres, des embauches (donc des impôts) à l'Education Nationale, semaine de 4,5 jours scolaires, abrogation de la circulaire Guéant, la loi Duflot 2, contrats de génération. Et puis la réforme sociétale du mariage pour tous est enclenchée. En revanche le Conseil Constitutionnel retoqua sèchement la taxation à 75% des hauts-revenus. Comme il l'avait fait d'ailleurs sur la loi Duflot 1.

Mais en cette fin d'automne 2012, F. Hollande a aussi conscience qu'il n'a pas encore revêtu pleinement les habits de président. Une opportunité va lui être donnée le 11 janvier 2013. Il engage l'armée française au Mali et devient "chef de guerre". Toujours sur le plan extérieur, le couple franco-allemand bat sérieusement de l'aile et il ne semble pas qu'au niveau diplomatique le chef de l'Etat ait trouvé ses marques. Cette année 2013 semblait plutôt mieux s'engager car, le même jour que l'engagement malien, l'accord "sécurisation-emploi" était signé. Et puis patatras, l' "affaire Cahuzac" éclate le 2 avril. Cependant, la loi sur le mariage pour tous est adoptée par le Parlement le 23 avril.

Et puis il y a ce qui n'a encore pas été fait (cumul des mandats, fermeture de la centrale de Fessenheim, droit de vote des étrangers, laïcité,…). Cela étant il y a encore 4 ans.

Mais le temps presse un peu quand même car le mécontentement gronde, une cacophonie certaine règne au niveau gouvernemental, de même qu'au PS, et la gauche mélenchoniste s'agite. Et puis, encore et toujours, la situation très dégradée de l'économie exige des réformes structurelles, et non plus conjoncturelles. Mais le grave problème c'est que les engagements proposés aux françaiscontenaient les secondes et non les premières… Quid du rapport Gallois remis en novembre 2012 ?

Au moins le chef de l'Etat a toujours pour lui d'être "confronté" à une droite quasi inexistante… Ce qui n'est pas le cas, en revanche, de l'extrême-droite…. Attention, car dans un an se déroulent les municipales puis les européennes. En bon élève de F. Mitterrand, F. Hollande souhaite "laisser du temps eu temps". Il est persuadé qu'il joue pour lui. Mais ce temps en a-t-il vraiment ?

Est-ce un hasard ? C'est la première fois sous la Vème République, qu'un président ne fête pas sa première année de mandat. "Pas de champagne, du travail" a-t-on justifié.

En 1940 Churchill énonçait n'avoir "rien à offrir que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur".

Par Par Raphael PIASTRA
Maitre de Conférences des Universités

© 2013 Net-iris & Raphael Piastra

   

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :


 Fiche de Raphael Piastra

Profession : Maître de conférences en droit public
Société : Université d'Auvergne
Site web : U-clermont1.fr/

Blog ouvert le : 22/10/2007
Nombre d'articles publiés : 73

Ses publications antérieures au 13/05/2013 :


Ses dernières publications au 06/12/2016:

-