Actualité : article de veille

Système d'Alerte et d'Information des Populations - SAIP

Le 21/06/2016, par Carole Girard-Oppici, dans Santé / Droit Médical.

Vos réactions...

   

Application SAIP pour mobile : utilisation du système d'alerte et d'information de la population d'une menace terroriste ou d'un risque de toute nature.

Introduction

Le SAIP est le Système d'Alerte et d'Information des Populations élaboré par la direction de la sécurité civile et de la gestion de crise (DGSCGC) du Ministère de l'intérieur en 2009, dont la vocation a été de remplacer en 2014 le Réseau National d'Alerte actuel constitué de sirènes installées sur les casernes des pompiers et du service départemental d'incendie et de secours (SDIS).

Testées à 12h00 le premier mercredi de chaque mois, ces sirènes mises en place après la seconde guerre mondiale ne sont plus adaptées, puisqu'elles ne sont activées qu'en cas d'intrusion aérienne malveillante.

Or, de nos jours la France est, comme bien d'autres pays, davantage exposée à :

  • une menace militaire ou terroriste, ainsi que les actes de malveillance ;
  • ou encore à des risques de toute nature : technologiques (nuage toxique, accident nucléaire..), naturels (tempêtes, tsunamis, crues…) et sanitaires.

En cas de survenance d'un tel événement, il est important que la population adopte le comportement approprié (rester chez soi, se calfeutrer, allumer la radio, ne pas téléphoner pour ne pas surcharger les lignes, etc.) et qu'elle puisse être le plus rapidement informée de la situation. En cas d'urgence médicale pendant le déclenchement d'une alerte, il est recommandé de ne pas engorger les lignes d'urgence (15 ou18) mais d'appeler un médecin de ville.

C'est un arrêté publié au journal officiel du 15 mars 2014 qui fixe les conditions dans lesquelles le SAIP peut être mis en oeuvre. A l'occasion de l'EURO 2016 de football, le ministère de l'Intérieur lance l'application pour mobile SAIP, afin que tous puissent être informés en temps réel des messages de vigilance ou d'alerte pouvant être émis par l'Etat là où la personne se trouve (grâce à la géolocalisation de son téléphone portable) ainsi que dans 8 villes de son choix.

En quoi consiste le SAIP ?

Le SAIP consiste en la rénovation des moyens d'alerte et d'information des populations sur les sites exposés en tenant compte de la nature des risques connus, des possibilités d'alerte offertes par les nouvelles technologies et des circonstances locales : urbanisme, niveau sonore ambiant, sociologie des populations, etc.

Au réseau actuel de sirènes renforcé par l'intervention des médias publics (France Télévisions et Radio France) sont venus s'ajouter des moyens tels que les panneaux d'information communale et les automates d'appel. Le recours aux technologies alternatives, comme le "cell broadcast" permet de diffuser un message sur tous les téléphones portables situés sur une zone déterminée.

L'enjeu est de toucher très rapidement un maximum de populations en activant simultanément plusieurs moyens d'alerte. Dans ces conditions, le système d'alerte et d'information des populations doit :

  • prévenir les populations d'un danger imminent ou immédiat pour qu'elles adoptent un comportement réflexe de protection (par exemple la mise à l'abri et l'écoute de la radio ou de la télévision lorsqu'une sirène sonne) ;
  • l'informer de l'évolution de la crise et des consignes de sécurité à suivre ;
  • diffuser la fin de l'alerte.

Depuis quand le SAIP est-il déployé ?

Avant le déploiement du nouveau système, une expérimentation du SAIP a été organisée le 18 juin 2009 entre 9h00 et 13h00 par la direction de la sécurité civile sur 4 bassins de risques implantés dans trois départements de la zone de défense sud-est : l'Ain, l'Allier et le Rhône.

Le choix a été fait de simuler un accident industriel afin d'étudier la faisabilité technique d'un raccordement des moyens d'alerte déjà mis en place par les exploitants industriels. Concrètement, les sirènes implantées sur ces bassins de risques émettent le signal d'alerte, les panneaux à messages variables diffusent des messages d'information et les automates d'appel alertent les autorités ainsi que les populations d'une commune.
Sur le Rhône, les sapeurs-pompiers mobilisent leurs moyens sur le terrain et deux écoles des communes impactées simulent une mise à l'abri des enfants.

L'exercice est piloté depuis l'état-major de zone sud-est à Lyon en lien avec les préfectures et les sapeurs-pompiers des trois départements concernés. Sont également associés les communes et les exploitants industriels concernés, la population, les réservistes de l'armée de l'air, des associations locales, le réseau régional de France Télévision, Radio France et des radios locales.

Pendant toute la durée de l'expérimentation, des observateurs pré-positionnés auprès des différents moyens d'alerte et d'information sont chargés de vérifier leur fonctionnement et leur audibilité.

La population résidant dans les périmètres de chaque bassin de risque concerné est sollicitée sur la compréhension ou non du message, l'audibilité ou non du signal sonore... grâce à une fiche d'évaluation.

Un bilan de l'expérimentation a été dressé et les améliorations nécessaires apportées. Le dispositif s'est généralisé pour devenir pleinement opérationnel en 2014.

C'est en juin 2016 que l'application sur téléphone mobile est devenue pleinement effective afin de gagner en efficacité et rapidité de transmission de l'information (type de menace, comportement à adopter, consignes, etc.).

Comment est-il activé et par qui ?

Selon l'arrêté du 28 janvier 2014, à compter de la mise en oeuvre opérationnelle du SAIP dans le département :

  • le service départemental d'incendie et de secours (SDIS) assure, à la demande du Préfet de département, la diffusion des messages d'alerte et d'information par ce système.
    Sans préjudice de la responsabilité de la décision de déclenchement de l'alerte, qui relève exclusivement de l'autorité préfectorale, la préfecture et le SDIS se mettent d'accord sur les conditions d'envoi de la demande de déclenchement d'alerte ou de diffusion d'information par le préfet ainsi que les conditions de sa réception et de son traitement par le SDIS ;

  • pour les communes dont le conseil municipal a décidé de se raccorder au SAIP et le Maire de l'utiliser, le SDIS assure, à la demande du maire, la diffusion des messages d'alerte et d'information par ce système.
    Sans préjudice de la responsabilité de la décision de déclenchement de l'alerte, qui relève exclusivement du Maire, agissant dans le cadre de ses pouvoirs de police administrative, la mairie, le Préfet et le SDIS se mettent d'accord sur les conditions d'envoi de la demande de déclenchement d'alerte ou de diffusion d'information par le maire ainsi que les conditions de sa réception et de son traitement par le service départemental d'incendie et de secours.

© 2016 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Commentaires et réactions :



-