Actualité juridique

Bercy ne souhaite pas que le chèque disparaisse au profit d'autres moyens de paiement

Le 31/03/2011, par La Rédaction de Net-iris, dans Affaires / Banque & Assurance.

Vos réactions...

   

Le consommateur français n'est pas prêt à abandonner le chèque dans sa vie quotidienne. En effet, il est le moyen de paiement indispensable pour près de 9 français sur 10, notamment lorsqu'il s'agit de régler les honoraires des médecins, les impôts, la cantine, les services à domicile, les loisirs et les moyens de garde extra-scolaire, les factures, etc.
La France est le premier pays utilisateur de chèques en Europe en raison notamment de leur gratuité. Toutefois le nombre de chèques émis (3,3 milliards de chèques en 2009) connait une baisse régulière depuis le début des années 2000 au profit principalement des paiements par carte bancaire (internet ayant fortement développé les paiements dématérialisés).

Selon l'étude réalisée par le Comité consultatif du secteur financier, les personnes les plus attachées au chèque ne sont pas celles qui l'utilisent le plus.
"Le chèque est particulièrement privilégié par les catégories socioprofessionnelles supérieures et peu âgées. De même, à l'heure de la modernisation des moyens de paiement dans un contexte européen, le secteur des paiements interentreprises conserve une forte préférence pour le chèque dans le règlement des fournisseurs ou pour le versement des salaires mais il est nettement moins apprécié à l'encaissement", peut-on lire dans le communiqué de Bercy.

Dans le secteur public "et tout particulièrement celui des collectivités locales", plus de 60% des encaissements sont effectués par chèques "en dépit des efforts déployés pour développer l'usage de moyens de paiement alternatifs et dématérialisés". Dans l'esprit des français, le chèque reste un moyen de paiement sûr.

Pour la ministre de l'Economie, Christine Lagarde, les résultats de cette étude conforte le Gouvernement "dans l'idée que la suppression du chèque n'est pas une option aujourd'hui" envisageable. Pour autant, le ministère ne serait pas contre l'enrichissement de la gamme des moyens de paiement, notamment grâce aux technologies de paiement sans contact, via par exemple les téléphones portables.

La ministre a confié à Georges Pauget et Emmanuel Constans le soin d'élaborer, d'ici octobre 2011, des propositions sur l'avenir des moyens de paiement.

© 2011 Net-iris

   

Commentaires et réactions :