Actualité juridique

Protection des consommateurs en cas de souscription de prêts sur gage

Le 02/05/2011, par La Rédaction de Net-iris, dans Civil / Consommation.

Vos réactions...

   

L'article 3 de la loi (n°2010-737) du 1er juillet 2010 a renforcé les obligations à la charge des prêteurs en matière de crédit à la consommation. Si jusqu'à présent, aucune règle d'information du consommateur n'était prévue concernant les prêts sur gage, tel n'est plus le cas depuis le 1er mai 2011.

En effet, le décret (n°2011-471) du 29 avril 2011 fixe le contenu et les modalités de l'information précontractuelle, ainsi que les mentions devant figurer dans les contrats en matière de prêt sur gage corporel octroyés par les caisses de crédit municipal. Il impose la mention d'informations spécifiques en raison de la particularité des prêts sur gage, notamment en ce qui concerne les droits attachés à l'objet remis en gage et à l'absence de délai de rétractation.

Selon le nouvel article D514-8-1 du Code monétaire et financier, en application de l'article L311-2 du Code de la consommation, les caisses de crédit municipal, qui procèdent à un prêt sur gage corporel, communiquent à l'emprunteur les informations concernant :

  • L'identité et l'adresse géographique du prêteur ;
  • Le type de crédit ;
  • La typologie des biens pouvant être mis en gage ;
  • Les modalités d'évaluation de la valeur appréciable du bien par les appréciateurs ;
  • Le montant total du crédit et les conditions de mise à disposition des fonds ;
  • La durée du contrat de crédit et les conditions de renouvellement ainsi que, le cas échéant, les modalités de prolongation du contrat ;
  • Les taux débiteurs conventionnels pratiqués ;
  • Le taux annuel effectif global et le montant total dû par l'emprunteur, à partir d'un exemple représentatif ;
  • Les limitations réglementaires au montant du crédit qui peut être accordé conformément à l'article D514-8 ;
  • La sûreté que constitue le gage ;
  • Les conditions et modalités selon lesquelles l'emprunteur peut dégager ses objets avant le terme du prêt ;
  • La remise par le prêteur d'une reconnaissance de dépôt de l'objet engagé conformément à l'article D514-10 du Code monétaire et financier ;
  • Les modalités d'indemnisation de l'emprunteur en cas de perte, pour quelque cause que ce soit, par le prêteur de tout ou partie de l'objet ainsi que les modalités d'abandon ou de reprise de l'objet remis en gage par l'emprunteur en cas de détérioration de l'objet remis en gage, conformément aux articles D514-12 et D514-13 du Code monétaire et financier ;
  • Les modalités et conditions de la mise aux enchères publiques de l'objet remis en gage ;
  • L'absence de droit de rétractation.

Le décret impose aux caisses de crédit municipal de procéder à l'affichage de ces informations de manière claire, précise, visible et lisible, sur le lieu de réception de la clientèle. Elles peuvent également informer les consommateurs par le biais d'autres moyens de communication, notamment des fiches, plaquettes ou dépliants, dès lors que l'information est claire, précise et lisible.

L'article D514-9 du Code monétaire et financier, relatif aux principes et modalités des prêts sur gage, est entièrement réécrit.
Dorénavant, toute personne apportant des objets en gage est tenue de signer l'acte constatant l'engagement de ces objets. Cet acte est établi par écrit ou sur un autre support durable.
L'acte formalisant l'accord de l'emprunteur et de la caisse sur le prêt doit être rédigé en caractères dont la hauteur ne peut être inférieure à celle du corps 8. Il indique de manière claire et lisible, les informations suivantes :

  • L'identité et l'adresse géographique des parties contractantes ;
  • La date de l'acte et la signature de l'emprunteur ;
  • L'identification du bien mis en gage et sa valeur appréciable, estimée par les appréciateurs ;
  • La description des caractéristiques du prêt, dont :
    - Le type de crédit ;
    - Le montant total du prêt et les conditions de mise à disposition des fonds ;
    - La durée du prêt et les conditions de prolongation et de renouvellement du prêt ;
  • Les informations relatives au coût du prêt, soit :
    - Le taux débiteur conventionnel ;
    - Le cas échéant, les autres frais liés à l'exécution du contrat de crédit et les conditions dans lesquelles ces frais peuvent être modifiés ;
    - Le taux annuel effectif global ;
    - Le montant total dû par l'emprunteur ;
    - Les frais consécutifs à l'inexécution du contrat ;
  • La mention selon laquelle le prêteur doit remettre à l'emprunteur une reconnaissance de dépôt de l'objet engagé, conformément à l'article D514-10 ;
  • Les informations relatives à l'exécution du contrat, dont :
    - Les modalités de remboursement du prêt ;
    - Les conditions et modalités selon lesquelles l'emprunteur peut dégager ses objets avant le terme du prêt ;
    - Les modalités et conditions de la mise aux enchères publiques de l'objet remis en gage et, en cas de boni, les modalités de son versement ;
    - Les modalités d'indemnisation de l'emprunteur, d'abandon ou de reprise de l'objet remis en gage en cas de perte, pour quelque cause que ce soit, par le prêteur de tout ou partie de l'objet ou de détérioration de cet objet conformément aux articles D514-12 et D514-13 ;
    - Les mentions selon lesquelles en cas de perte de la reconnaissance de dépôt d'un objet en gage, l'emprunteur doit en informer immédiatement la caisse de crédit municipal conformément à l'article D514-11 et former opposition ainsi que, le cas échéant, les frais liés à l'opposition ;
    - En cas de perte de la reconnaissance du dépôt, les modalités de la restitution de l'objet en gage et le montant des frais qui y sont liés ;
  • Les informations relatives au traitement des litiges, dont la procédure de la médiation mentionnée à l'article L315-1 du Code monétaire et financier et ses modalités d'accès ;
  • L'absence de droit de rétractation ;
  • Le droit de s'opposer sans frais à l'utilisation des données personnelles à des fins de prospection ainsi que les modalités d'exercice de ce droit ;
  • L'adresse de l'Autorité de contrôle prudentiel et de l'Autorité administrative chargée de la concurrence et de la consommation.

© 2011 Net-iris

   

Pour approfondir ce sujet :

 Information de veille juridique


Commentaires et réactions :