Actualité juridique

Résultats du renouvellement du Sénat de septembre 2011

Le 26/09/2011, par La Rédaction de Net-iris, dans Public / Droit Administratif.

Vos réactions...

   

Le Parti socialiste emporte la majorité des sièges et des voix au Sénat.

Lors des élections sénatoriales du 25 septembre 2011, sur les 170 sièges à pourvoir les Sénateurs affichant une étiquette PS sont arrivés en tête des votes avec 36% des effectifs renouvelés, contre 32% pour l'UMP.
"Pour la première fois, le Sénat connaît l'alternance", a déclaré à l'AFP le chef de file des sénateurs PS, Jean-Pierre Bel, qui pourrait succéder dans moins d'une semaine à Gérard Larcher. La Gauche disposera désormais de 175 sénateurs sur les 348 sièges, alors que la droite n'aura plus que 169 sénateurs.
En outre, le Sénat compte désormais 77 femmes sur ses bancs.

Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, les résultats du scrutin sénatorial font en effet basculer le Sénat à gauche, pour la première fois dans l'histoire de la Vème République. La composition de la série 1 (170 sièges renouvelés) par nuances politique est la suivante :

  • Union pour une majorité populaire : 32,35%
  • Majorité présidentielle : 7,06%
  • Divers droite : 2,94%
  • Modem : 1,76%
  • Socialiste : 35,88%
  • Radical de gauche : 1,18%
  • Divers gauche : 3,53%
  • Europe Ecologie-Les Verts : 5,88%
  • Communiste : 9,41%.

Parmi la liste des personnalités élues ou réélues lors de cette élection, on notera la présence en :

  • Indre-et-Loire, de Jean Germain (PS), maire de Tours,
  • Isère, de André Vallini (PS), député, président du conseil général,
  • Maine-et-Loire, de Christophe Béchu (UMP), président du conseil général,
  • Mayenne, de Jean Arthuis (AC), sortant, ancien ministre,
  • Mayenne, de François Zocchetto (AC), sortant, président du groupe Union centriste,
  • Nièvre, de Gaëtan Gorce (PS), député,
  • Nord, de Valérie Létard (NC), sortante, ancienne secrétaire d'Etat,
  • Nord, de Michelle Demessine (PCF), sortante, ancienne secrétaire d'Etat,
  • Nord, de Alex Türk (DVD), sortant, président démissionnaire de la Cnil,
  • Nord, de MariedeChristine Blandin (EELV), sortante, ancienne présidente de la région Nord/PasdededeCalais,
  • Nord, de Michel Delebarre (PS), député, ancien ministre d'Etat,
  • Oise, de Philippe Marini (UMP), sortant, maire de Compiègne,
  • Oise, de Caroline Cayeux (UMP), maire de Beauvais,
  • Pas-de-Calais, de Daniel Percheron (PS), sortant, président de la région Nord/PasdededeCalais,
  • Pas-de-Calais, de Jean-Marie Vanlerenberghe (Modem), sortant, maire d'Arras,
  • Pas-de-Calais, de Natacha Bouchart (UMP), maire de Calais,
  • Paris de Chantal Jouanno (UMP), ministre des sports,
  • Paris de Pierre Charon (UMP), dissident,
  • Paris, de Marie-Noëlle Lienemann (PS), ancienne ministre,
  • Yvelines, de Gérard Larcher (UMP), président du Sénat sortant,
  • Yvelines, de Catherine Tasca (PS), ancienne ministre,
  • Essonne, de Michel Berson (PS), ancien président du conseil régional,
  • Essonne, de Serge Dassault (UMP), industriel,
  • Essonne, de Jean-Vincent Place (EELV), vicedeprésident de la région IledededeFrance,
  • Seine-Saint-Denis, de Claude Dilain (PS), maire de ClichydesousdeBois,
  • Hauts-de-Seine, de Roger Karoutchi (UMP), ancien ministre,
  • Hauts-de-Seine, de Jacques Gautier (UMP), sortant, dissident,
  • Val-d'Oise, de Alain Richard (PS), ancien ministre,
  • Val-d'Oise, de Robert Hue (DVG), sortant, ancien premier secrétaire du PCF,
  • La Réunion, de Paul Verges (DVG), ancien président du conseil régional, ELU. M. Verges a aussitôt annoncé sa démission.

On remarquera que les Ecologistres-LesVerts, remportent 10 sièges, que les communistes conservent leur groupe politique, et que les territoires d'outre-mer ont été les "atouts gagnant pour la gauche", puisqu'ils lui apportent contre toute attente 5 sièges supplémentaires et la confirmation d'une majorité absolue.
Quatre des cinq départements ultramarins ainsi que deux collectivités participaient au scrutin. Sur les 14 sièges en jeu, la droite en a conservé 5, la gauche en a obtenu 9 dont 5 gagnés.

A sept mois des Présidentielles de 2012, ces résultats historiques sonnent comme un avertissement pour la majorité en place, le chef de l'Etat et son Gouvernement. Mais surtout en disposant de la majorité, la gauche pourra plus facilement faire adopter ses amendements aux projets de loi présentés par le Gouvernement et mettre en avant ses propositions de loi, bien que l'Assemblée nationale disposera de la faculté de voter contre ces textes.

Il s'agit d'"une progression historique pour la gauche et une sanction incontestable pour l'UMP", a déclaré selon LeMonde, le premier secrétaire du PS par intérim, Harlem Désir.

© 2011 Net-iris

   

Commentaires et réactions :