Actualité : en bref

Hausse des demandes d'opposition à la diffusion de contenus sur internet

Le 17/04/2012, par La Rédaction de Net-iris, dans Technologies / Droit de l'internet.

Vos réactions...

   

En 2011, la CNIL a reçu 700 plaintes portant sur les problèmes d'opposition à la diffusion de contenus sur internet, soit une hausse de 42% par rapport à 2010.

Les internautes peuvent demander la suppression d'information les concernant publiés sur internet (y compris des photos et vidéos) à l'organisme responsable du fichier. Ce dernier doit répondre dans un délai maximal de 2 mois. Passé ce délai, en l'absence de réponse ou si la réponse n'est pas satisfaisante, l'internaute peut demander l'intervention de la CNIL.

L'an dernier, la Commission nationale informatique et libertés (CNIL) a été saisie de près de 700 plaintes d'internautes ayant rencontré des problèmes d'opposition à la diffusion de contenus et d'images sur internet. Par rapport à 2010, cela représente une hausse d'environ 42% des litiges portant sur la protection de la vie privée sur internet.

Partant du principe qu'il vaut mieux prévenir que guérir, la CNIL souhaite sensibiliser les internautes (principalement les jeunes) à l'impact que peuvent avoir leurs publications sur les réseaux sociaux et donner au grand public les clefs pour un usage d'internet qui soit plus responsable et respectueux de la vie privée.
Elle a élaboré à cet effet une campagne d'information et de sensibilisation du jeune public "pour leur faire prendre conscience de l'impact que peuvent avoir leurs publications sur les réseaux sociaux" (notamment, lors de leur entrée dans la vie active avec la recherche d'un emploi).

Une vidéo interactive de la CNIL intitulée "Share the Party", fait vivre une expérience aux internautes en tentant de les responsabiliser au moyen d'une immersion dans une scène de la vie courante d'un jeune en soirée.

Isabelle Falque-Pierrotin, Présidente de la CNIL explique qu'avec cette vidéo interactive, la CNIL invite "les internautes à aller au-delà de leurs usages des outils technologiques, et à voir, en face, les conséquences humaines et la portée réelle de leurs actes virtuels."

D'autres informations existent sur le site de la CNIL, notamment dans la rubrique réseaux sociaux (protection de la vie privée, harcèlement sur internet, usurpation d'identité, etc.).

© 2012 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :



-