Actualité : article de veille

Canicule et recommandations pratiques pour les actifs

Le 03/07/2015, par Carole Girard-Oppici, dans Social / Droit du Travail.

Vos réactions...

   

Les employeurs doivent prendre des mesures de prévention pour limiter les risques d'exposition de leurs salariés à de fortes chaleurs.

Introduction

Alors que la France est frappée en ce début juillet par la première vague de chaleur pendant plusieurs jours, il est bon de rappeler quelles sont les précautions à prendre pour les travailleurs en extérieurs ou dans des locaux n'ayant pas la climatisation. Des mesures particulières peuvent être pertinentes, comme l'aménagement des horaires (pour une exposition pendant les plages horaires les moins chaudes) et des durées de travail plus courtes.

En effet, depuis le 28 juin 2015, la France enregistre des températures très élevées et 47 départements ont été placés par Météo-France en vigilance orange "canicule" le 1er juillet 2015. Cette situation, appelée à durer et à s'étendre à de nouvelles régions, mobilise les autorités sanitaires.

Dans l'épisode de fortes chaleurs, Marisol TOURAINE ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes émet des recommandations pour lutter au mieux contre les conséquences de la chaleur. Elle rappelle à cette occasion les réflexes simples à adopter et répond aux questions suivantes :

  • comment protéger son habitation ;
  • comment se protéger ;
  • quels sont les signaux d'alerte et que faire en cas d'apparition de ceux-ci ?

Pour toute autre question, Marisol TOURAINE a activé la plateforme téléphonique d'information "Canicule Info Service" 0 800 06 66 66 (appel gratuit depuis un poste fixe), tous les jours de 09 h à 19 h.

Mais le plan national canicule, basé sur la prévention en amont et la gestion en aval des effets sanitaires d'une vague de fortes chaleurs (au-delà de 30 degrés), s'adresse également aux employeurs.

Recommandations à l'intention des employeurs en cas de fortes chaleurs

Les employeurs sont tenus, en application des articles L4121-1 et suivants du Code du travail, de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé des travailleurs de leurs établissements, en tenant compte des conditions climatiques.

Chaque employeur doit tenir compte des incidences de la chaleur sur les postes de travail occupés (les salariés en milieu extérieur sont plus exposés que les autres à la chaleur) et aussi :

  • évaluer le risque "fortes chaleurs" lié aux ambiances thermiques (température, hygrométrie…), actualiser le "document unique" (article R4121-1 du Code du travail) et établir un plan d'action de prévention de ce risque. L'employeur doit évaluer les risques liés à une chaleur caniculaire dans son établissement ou secteur d'activité (principalement s'il s'agit de travaux en extérieur ou dans des bâtiments non climatisés) et mettre en oeuvre des mesures de prévention (comme l'organisation du travail, l'hygiène de vie et mesures comportementales, les aménagements d'horaires ou de poste, ou encore des recommandations techniques) ;

  • prévoir l'installation d'un local abrité : l'utilisation d'un local existant ou des aménagements de chantier pertinents pour accueillir les travailleurs du chantier lors des pauses liées aux interruptions momentanées de l'activité (article R4534-142-1 du Code du travail) tout en fournissant de l'eau à volonté ;

  • solliciter le médecin du travail pour qu'il établisse un document, à afficher dans l'entreprise en cas d'alerte météorologique, rappelant les risques liés à la chaleur, les moyens de les prévenir et les premiers gestes à accomplir si un salarié est victime d'un coup de chaleur ;

  • consulter et éditer au besoin les documents affiches, et dépliant "travail et chaleur d'été" mis en ligne par l'INRS ;

  • afficher les recommandations à suivre, prévues au niveau du plan d'action ;

  • dans les locaux à pollution non spécifique, c'est à dire ne faisant pas l'objet d'une réglementation spécifique, l'aération doit avoir lieu soit par ventilation mécanique, soit par ventilation naturelle permanente ;

  • prévoir une organisation du travail permettant de réduire les cadences si nécessaire, d'alléger les manutentions manuelles, etc ;

  • prévoir une organisation du travail permettant au salarié d'adapter son rythme de travail selon sa tolérance à la chaleur. Ainsi, l'employeur peut proposer aux salariés de commencer leur travail plus tôt le matin, pour éviter les fortes chaleurs de l'après midi (ex : travail de 6h-11h, 11h30-13h30) ;

  • vérifier que les adaptations techniques permettant de limiter les effets de la chaleur ont été mises en place ;

  • vérifier que la ventilation des locaux de travail est correcte et conforme à la réglementation ;

  • prévoir des aides mécaniques à la manutention ;

  • prévoir une surveillance de la température ambiante des lieux de travail ;

  • s'assurer que le port des protections individuels est compatible avec les fortes chaleurs ;

  • informer et consulter les Comités d'hygiène de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) et les autres institutions représentatives du personnel sur les recommandations à mettre en oeuvre en cas d'exposition aux fortes chaleurs ;

  • prévoir éventuellement des mesures correctives sur des bâtiments ou locaux existants (stores, volets, faux plafonds, rafraîchissement d'ambiance, ventilation forcée de nuit, films antisolaires sur les parois vitrées etc..).

Recommandations individuelles pour prévenir les dangers liés aux fortes chaleurs

  • se protéger de la chaleur en fermant les volets et les fenêtres le jour ;

  • rester à l'abri du soleil si possible aux heures les plus chaudes, dans une pièce rafraîchie, ou rester au moins 2 heures dans un endroit climatisé (ex : durant la pause déjeuner se rendre dans un espace commercial climatisé) ou à défaut dans un lieu ombragé ou frais ;

  • porter des vêtements légers de couleur claire ;

  • boire régulièrement et manger régulièrement de petites quantités : au moins 1,5 à 2 litres de boisson par jour (éviter les boissons alcoolisées, contenant de la caféine ou très sucrées) ;

  • demandez conseil à son médecin ou à son pharmacien en cas de prise de certains médicaments ou en cas de symptômes inhabituels ;

  • les travailleurs manuels exposés à la chaleur, les personnes atteintes d'un handicap, d'une maladie chronique sont particulièrement sensibles aux coups de chaleur. La dénutrition, l'obésité, la consommation d'alcool ou de drogue, la pollution atmosphérique augmentent le risque de problèmes de santé en relation avec les fortes températures.

Détecter le "coup de chaleur" et mesures à prendre

Les premiers signes d'un coup de chaleur sont la fatigue, les maux de tête, les vertiges et crampes, mais aussi la peau sèche et chaude, l'agitation ou encore la confusion. Lorsque la température corporelle risque de dépasser 40°C, il y a un danger.

Il faut impérativement dans une telle situation :

  • mettre la personne à l'abri du soleil, si possible dans un endroit frais et bien aéré ;
  • alerter ou faire alerter les secours : Samu (15), pompiers (18), ou le 112 depuis un portable ;
  • réduire les sources de chaleur (comme enlever ses chaussures et chaussettes et éventuellement la déshabiller ou desserrer ses vêtements) ;
  • arroser la victime ou placer des linges humides sur la plus grande surface corporelle, en incluant la tête et la nuque, pour faire baisser la température corporelle (à renouveler régulièrement) ;
  • si la victime est consciente, lui faire boire de l'eau fraîche par petites quantités ;
  • si la victime est inconsciente, rester auprès d'elle et attendre les secours. Le sauveteur secouriste du travail la met en position latérale de sécurité.

© 2015 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Pour approfondir ce sujet :

 Information de veille juridique


Commentaires et réactions :



-