Actualité : article de veille

Lancement de l'opération tranquillité vacances 2015

Le 12/06/2015, par Carole Girard-Oppici, dans Civil / Immobilier.

Vos réactions...

   

Conseils pratiques pour préparer son départ en vacances en laissant son logement sous surveillance et comportement à tenir en cas de cambriolage ou vol.

Introduction

Le moment du départ en vacances fait généralement naître deux sentiments : le plaisir procuré par le départ et l'anxiété de devoir laisser son appartement ou sa maison sans surveillance pendant plusieurs semaines. Chaque année, des centaines de logements se font cambriolés pendant les congés d'été, lorsque les propriétaires et locataires s'absentent.

Pour des vacances réussies, mieux vaut donc préparer cette période d'absence, soit en confiant la maison et les animaux à un membre de la famille ou à un ami, soit en s'équipant d'un système d'alarme, soit encore en sollicitant la police ou la gendarmerie.

Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, 400.000 logements ont été cambriolés en 2013, ce qui représente plus de 1.000 infractions par jour pour un préjudice moyen de l'ordre de 1.810 euros. La Fédération française des sociétés d'assurance indique avoir reçu 232.500 déclarations de sinistre suite à un cambriolage en 2014. Même si c'est moins que les années précédentes, le risque reste important.

Mais tout cela peut être évité, ou du moins le risque de vol peut être réduit si quelques précautions sont prises !

Depuis plusieurs années, les services du ministère de l'intérieur mettent en place l'été "l'Opération tranquillité vacances", qui consiste à informer les services de police ou de gendarmerie de l'absence des occupants, afin qu'ils assurent au moyen de patrouilles quotidiennes, de jour comme de nuit, en semaine comme le week-end, la surveillance d'un logement ou d'un commerce afin de dissuader tout individu de tenter de le cambrioler. Cette demande, gratuite, s'effectue au moyen d'un formulaire de demande individuelle.

Les personnes âgées sont aussi sensibilisées à la question des cambriolages et vol, y compris lorsque les résidents sont présents sur place au moment des faits (dans une autre pièce ou dans le jardin).

Mais cette solution ne dispense pas de mettre en oeuvre quelques conseils pratiques de la gendarmerie :

  • ne pas laisser le courrier trop longtemps dans la boîte aux lettres : une personne de confiance doit pouvoir, pendant vos vacances, relever le courrier ;
  • ne pas oublier, avant le départ, de fermer correctement les portes, fenêtres et volets : sachant qu'un voisin ou un ami doit pouvoir régulièrement ouvrir et fermer les volets, allumer quelques lumières. Une prise de type "minuteur" peut permettre éventuellement d'allumer certaines lampes sans présence dans le logement ;
  • vérifier le bon état des serrures et verrous y compris ceux des dépendances extérieures ;
  • ne pas laisser de grosses sommes d'argent dans le logement ou le commerce ;
  • mettre ses bijoux, objets d'art et valeurs en lieu sûr ;
  • sur le lieu de vacances, ne pas oublier de fermer la location, caravane, habitation avant le départ à la plage ou en ville, et éviter de dormir fenêtres ouvertes la nuit ;
  • donner éventuellement les clés à la famille proche ou aux voisins pour qu'ils viennent quotidiennement ouvrir et fermer les volets.

Rappelons que les assurances habitation pour le risque de vol peuvent exiger un renforcement des moyens de protection de l'habitation, en particulier en présence de biens de valeur ou en cas de vols à répétition, par exemple en demandant l'installation d'un système de vidéosurveillance. Certains contrats prévoient même que l'assurance vol cesse en cas d'absences prolongées ou répétées (de 40 à 90 jours en une ou plusieurs fois dans une même année suivant les contrats) rappelle la FFSA.

Que faire en cas de vol ?

Dès l'instant où le vol est découvert, il convient d'adopter le comportement suivant :

  • informer la police ou la gendarmerie et déposer une plainte ;
  • prendre des photos des lieux sans entraver l'enquête (ne pas faire le ménage, ni déplacer ou enlever les objets) ;
  • vérifier s'il y a eu vol d'objets dits sensibles (carte bancaire, chéquier, papier d'identité dont le passeport, téléphone portable, ordinateur, etc.) et procéder s'il y a lieu aux différentes oppositions ;
  • prendre immédiatement des mesures pour éviter un second cambriolage (ex : réparer le volet et la vitre cassés, poser un verrou si la porte d'entrée ne ferme plus) ;
  • déclarer le vol à l'assureur, par lettre recommandée (maximum dans les 2 jours ouvrés à compter de la découverte).

Puis, au fur et à mesure du rangement, une fois que les enquêteurs l'on autorisé, il convient de dresser la liste des objets volés, éventuellement avec leur estimation. Cette liste doit être adressée à l'assureur ainsi que le récépissé de la déclaration de vol qui a été faite au commissariat de police ou à la gendarmerie.

Pour être indemnisé d'un vol, il faut apporter la preuve que le vol a bien eu lieu dans les circonstances prévues au contrat (effraction, escalade, etc.), et prouver le contenu du vol par des factures ou/et photographies de ses biens de valeurs prises au préalable (bijou, meuble ancien, objets d'art et de décoration, matériel hifi/vidéo, vêtements, smartphone, PC, tablette, etc). Il faut conserver ces preuves jusqu'à ce que l'assureur les demande.

En effet, la somme assurée ne pouvant être considérée comme une preuve de l'existence et de la valeur au moment du sinistre des biens dérobés, il faut justifier de celles-ci par tous moyens en produisant notamment :

  • les factures d'achat ou de réparation ;
  • les bons de garantie et certificats de garantie ou d'authenticité ;
  • les photographies (sachant que pour celles relatives aux bijoux, il faut noter, au verso des photos, toutes les particularités des objets : provenance, poids, diamètre d'une pierre précieuse, etc.) ;
  • un inventaire notarié pour les objets acquis par héritage ;
  • tous autres justificatifs (fiche de garde pour un manteau de fourrure, par exemple).

En principe, les contrats d'assurance prévoient d'indemniser les objets volés en fonction de leur valeur de remplacement au jour du vol, moins un abattement pour vétusté. Mais les assureurs proposent aussi "l'option en rééquipement à neuf" qui permet de remplacer les meubles, appareils électroménagers, par des biens neufs de caractéristiques équivalentes, sans aucune déduction pour la vétusté.

Lorsque les objets volés sont retrouvés, l'assuré doit alors les reprendre s'ils sont retrouvés avant le paiement de l'indemnité par l'assureur. S'ils ont subi des détériorations, les frais exposés pour les remettre en état sont pris en charge par l'assureur.
S'ils sont retrouvés après le paiement de l'indemnité, l'assuré a la possibilité de reprendre ses objets à condition de restituer à l'assureur l'indemnité qui lui avait été versée en règlement du sinistre.

Et sur le lieu de vacances quelles précautions prendre ?

Les lieux de vacances très fréquentés par les touristes plus détendus et moins sur le qui-vive que d'habitude, sont des cibles privilégiées par les pickpocket et cambrioleurs. Mieux vaut là aussi, prendre quelques précautions :

  • fermer systématiquement sa voiture, caravane, chambre d'hôtel ou maison de vacances...
  • ne pas tenter les voleurs en laissant à proximité d'une vitre, des objets de valeur (bijou, téléphone, ordinateur, tablette, caméscope, cartes bancaires, chéquiers, etc.)
  • ne pas laisser sur la plage sans surveillance son sac
  • en cas d'accrochage avec un autre véhicule, couper le contact et conserver la clé avec soi avant de sortir du véhicule
  • dans les lieux très fréquentés (comme le marché) bien fermer le sac qui contient de l'argent.

© 2015 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :



-