Actualité juridique

Google accepte de partager ses profits avec les éditeurs de presse français

Le 04/02/2013, par La Rédaction de Net-iris, dans Technologies / Droit de l'internet.

Vos réactions...

   

Avec l'Accord de l'Elysée du 1er février 2013 Google va débloquer une enveloppe de 60 millions d'euros pour soutenir la presse d'information française.

Qualifié d'historique, l'accord de l'Elysée signé le 1er février 2013 entre le moteur de recherche Google et la France assure la mise en place d'un fonds de transformation, abondé par Google, d'un montant de 60 millions d'euros. Il sera dédié au développement, à la modernisation et à l'innovation des groupements de presse français, ce qui aidera les journaux papier à passer au digital et à tirer de nouveaux profits de leur activité.

Après 3 mois de négociations intensives, cet accord "permettra que des groupements de presse puissent bénéficier d'un fonds à la hauteur de 60 millions d'euros, de manière à ce qu'il puisse y avoir des soutiens à la transition numérique, à des investissements, à des innovations - ce qui est bon pour la presse française, bon pour les contenus et bon aussi pour Google", a déclaré le Président François Hollande.

De sont côté, le Président de Google, M. Schmidt, a affirmé qu'il était "préoccupé depuis des années par le sort des journaux, de la presse".
"Il est très important que nous disposions d'une presse, d'un monde de médias qui ne souffre pas de la censure, qui soit libre", a-t-il déclaré lors de la conférence de presse.

Seule pourra bénéficier du fonds, la presse d'information politique et générale qui regroupe :

  • la presse quotidienne nationale,
  • la presse-magazine d'information politique et générale,
  • la presse quotidienne régionale.

Le périmètre de l'accord concerne l'intégralité des sites d'informations politiques et générales en ligne, dont les "poor players". En sont donc exclus, la presse dite de "divertissement" et celle de "récréation".

En échange, Google actualité comme Google play pourront reprendre, comme ils le font actuellement, tous les liens qu'ils souhaitent sur les articles de presse, avec le début de l'article.

"Lorsque le fonds sera épuisé", le Président Français et celui de Google US se retrouverons pour discuter des suites de l'accord.

© 2013 Net-iris

   

Commentaires et réactions :



-