Actualité juridique

Le Télétravail : une réalité hebdomadaire pour plus de 17% des salariés

Le 26/08/2015, par Carole Girard-Oppici, dans Social / Droit du Travail.

Vos réactions...

   

4 millions d'actifs travaillent au moins un jour par semaine loin des locaux de leur entreprise et 8,8 millions sont en télétravail au moins une fois par mois.

De plus en plus de salariés cadres et non-cadres bénéficient chaque mois de la souplesse offerte par le télétravail à domicile, lorsque leur poste est compatible avec le travail à distance. Participant à l'amélioration de la qualité de vie des salariés mais aussi à la productivité, le télétravail satisfait à plus de 95% les salariés qui en bénéficient.

Travailler en dehors du bureau sans stress au moins une journée dans la semaine, sans connaître les embouteillages, la perte du temps de trajet et le coût associé aux déplacements entre le domicile et le travail : une réalité qui concerne de plus en plus de salariés en France.

En 2015, la France compte plus de 4 millions de télétravailleurs nomades, avec environ :

  • 16% des salariés travaillent au moins un jour par semaine en télétravail, alors qu'ils n'étaient que 12,7% dans ce cas en 2011,
  • 37% sont des télétravailleurs au moins un jour par mois.

Les principaux leviers de motivation des salariés qui bénéficient du télétravail sont :

  • la meilleure qualité de vie personnelle et familiale (92%) ;
  • la diminution du stress de transports et de la fatigue (87%) ;
  • le bénéfice du travail à domicile sur leur concentration et la productivité (84% des sondés) ;

..., sachant que 73% de ceux qui ne télétravaillent pas encore souhaiteraient le faire, mais plus de la moitié d'entre eux s'est déjà heurtée à un refus de leur hiérarchie.

Le principal frein au télétravail côté employeur, serait la méfiance. En effet, 78% des dirigeants n'ayant pas mis en place cette possibilité doutent de l'efficacité de leurs équipes dans un tel contexte.

Pour autant, la loi Warsmann qui a donné un cadre juridique au télétravail a semble t-elle permis à cette forme de travail à distance de se développer, même si le plus souvent c'est de manière informelle et non contractuelle.

Mais il faut également ajouter à ces résultats, le constat suivant : de plus en plus de salarié travaillent le soir depuis leur domicile après leur journée passée au bureau. En effet, 42% des actifs français travaillent généralement entre 9 et 11 heures par jour, et 46% des actifs français emportent du travail à leur domicile plus de 3 fois par semaine pour le terminer le soir.

Soulignons que le télétravail ne peut concerner qu'une partie des secteurs d'activités, c'est-à-dire ceux pour lesquels l'emploi est compatible avec le travail à distance : emplois de cadres et d'ingénieurs, fonctions administratives support, fonctions intellectuelles, etc. (à contrario des assistantes maternelles, aides à domicile, aides-soignants, infirmières, ouvriers qualifiés des industries de process, ouvriers qualifiés de la manutention, employés de maison, etc.). Un avenant au contrat, avant le passage en télétravail, doit être signé.

Enfin, il est très utile dans certains cas (femmes enceintes devant limiter leur temps de transport, salarié devant garder un enfant malade à domicile, personne en arrêt de travail mais pouvant continuer à travailler, etc.) tout en étant contre-indiqué dans d'autres, comme pour les personnes ne supportant pas d'être isolées ou les seniors. C'est d'ailleurs pour ces derniers qu'ont été créés des espaces de télétravail (point de rencontre et de travail nomade). Il semble aussi qu'il ne soit pas judicieux de dépasser les 2 jours de télétravail par semaine, en termes d'impact sur la vie professionnelle.

Sources : Observatoire du télétravail - juin 2015, Tour de France 2014 du télétravail, Etude du ministère de l'économie numérique de mai 2012

© 2015 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :




-