Actualité : article de veille

Négociations salariales collectives et individuelles : les clés pour 2014

Le 13/09/2013, par La Rédaction de Net-iris, dans Social / Droit du Travail.

Vos réactions...

   

Employeurs, salariés : le salaire n'est pas le seul levier pour mener à bien une négociation salariale "gagnant, gagnant" !.

Introduction

Si l'on en croît les récentes études publiées sur les pratiques salariales des entreprises françaises en 2013 concernant les revalorisations de salaires pour 2014, crise oblige, l'exercice consistant à satisfaire tout le monde sera périlleux !

D'une part, les salariés qui ont déjà fait des concessions les années précédentes, commencent à constater que leur pouvoir d'achat est en baisse, car leur salaire n'augmente pas aussi vite que le coût de la vie. Et dès janvier 2014, avec l'arrivée de nouvelles hausses d'impôts et de taxes, les actifs vont encore devoir mettre la main à la poche ou se serrer la ceinture.

D'autre part, les entreprises continuent à subir les conséquences de la crise et ce ne sont pas les perspectives économiques de 2014 qui vont leur redonner l'espoir d'une année meilleure. Elles aussi vont connaître en 2014 des hausses de charges et d'impôts et participeront davantage à la reforme des retraites.

Les prévisions de revalorisation pour 2014

Cela étant, une récente enquête réalisée auprès de représentants des ressources humaines et dirigeants d'entreprises françaises, révèle que les sociétés françaises ont programmé en moyenne des augmentations globales de salaires de 2,8% en 2014 : soit +1,2% pour tous les salariés et +2,5% en augmentation individuelle (au mérite ou à l'ancienneté). Dans les groupes de moins de 1.000 salariés, les revalorisations devraient atteindre les 3%, contre 2,1% dans les entreprises qui emploient plus de 1.000 personnes.

S'agissant des cadres, leur statut ne leur permettra pas de décrocher la lune : en moyenne, les RH tablent sur une revalorisation de 0,56% l'année prochaine.

Concrètement, lors des négociations annuelles obligatoires qui vont se tenir dans les entreprises à l'automne 2013, les employeurs ont intérêt à négocier une revalorisation générale de tous les salaires minime (pour se garder des marges pour les négociations individuelles, qui consisteront à garder les salariés les plus méritants et productifs), mais suffisamment haute pour les salariés qui constatent chaque mois un gain net sur leur pouvoir d'achat.

Ces avantages annexes au salaire de base qui font rêver et augmentent la performance

Plusieurs leviers peuvent être utilisés pour satisfaire individuellement et/ou collectivement les salariés. Tout dépendra bien évidemment du statut du salarié (employé, ouvrier, cadre, commercial), mais aussi des ses missions au quotidien.

Parmi les plus répandus, on retrouve :

  • les primes : au mérite, à la productivité, à l'assiduité, pour la réalisation du CA, etc.
    Elles permettent de remotiver et de fidéliser les talents, afin que leurs efforts soient récompensés. Leur montant raisonne dans l'esprit du salarié, car cela permet d'envisager la réalisation de projets individuels concrets (changer un appareil électroménager, partir en week-end prolongé en vacances, s'offrir un petit plaisir, etc.).

  • ajuster la partie variable de la rémunération : les cadres sont les premiers concernés, et cette partie peut représenter de 10 à 15% du salaire (basée sur le CA réalisé, la satisfaction client, la démarche qualité, la baisse du nombre des accidents du travail ou des arrêts de travail pour maladie dans leur équipe) ;

  • les avantages en nature individuels : les salariés sont particulièrement sensibles aux avantages qui peuvent également utiliser au cours de leur vie privée, comme :
    - le véhicule de fonction et la carte prépayée pour le carburant,
    - le smartphone,
    - l'ordinateur portable dernier cri,
    - une enveloppe budgétaire pour les frais de représentation (frais pour la tenue vestimentaire, le coiffeur, le pressing, mais aussi pour emmener le client au restaurant, lui offrir un petit cadeau, etc.),

  • les autres avantages individuels :
    - acceptation d'une demande de télétravail partiel,
    - mise en place d'horaires individualisés de travail (ex : être de repos les mercredi ou vendredi après midi),
    - financement auprès d'une crèche privée d'une place gratuite pour l'enfant du salarié,
    - place de parking individuelle et gratuite,
    - déplacement en avion plutôt qu'en train pour ses déplacements pro,
    - revalorisation du standing des hôtels acceptés dans les frais professionnels,
    - nouvelle voiture de fonction plus adaptée aux besoins personnels du salarié (ex : la famille qui s'agrandit),
    - financement d'une formation professionnelle à l'étranger en classe business (avec possibilité de prendre des congés-payés sur place à l'issue du congrès, par exemple),
    - etc.

  • les avantages collectifs : certains avantages sont particulièrement appréciés des salariés et moins coûteux pour l'entreprise. Il 'agit par exemple :
    - des titres-restaurant,
    - des chèques-vacances,
    - de la mutuelle d'entreprise,
    - de l'augmentation de prime de trajet domicile-travail,
    - de la possibilité de disposer 2H/ mois, d'une disponibilité (pour accomplir des démarches administratives personnelles, par exemple) ;
    - d'une prime de fin d'année,
    - de la mise en place d'un PERCO,
    - de la mise en place d'un dispositif d'intéressement et de participation,
    - d'un financement participatif à des séances avec un professionnel : masseur-kinésithérapeute, sophrologue, coach pour le management,
    - l'accès à logement de vacances à prix très avantageux,
    - la mise à disposition d'une salle de sport,
    - l'amélioration de la qualité de vie au travail,
    - etc.

© 2013 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :



-