Actualité : article de veille

L'ambition de la France en matière d'innovation

Le 15/10/2013, par La Rédaction de Net-iris, dans Affaires / Commercial & Sociétés.

Vos réactions...

   

Dans un rapport remis récemment par la Commission innovation, pas moins de 7 ambitions en faveur de le création sont proposés.

Introduction

Sept ambitions en matière d'innovation... le rapport remis au Président de la République par la Commission innovation se veut ambitieux, et pour cause : le principe d'innovation est un principe résolument tourné vers l'avenir.

Outre le fait que la remise du rapport a pour but de montrer que les pouvoirs publics soutiennent les initiatives, notamment celles des entrepreneurs, la mise en oeuvre de ce principe permettra de concrétiser des ambitions en matière scientifique, industrielle, médicale et sociétale. L'ambition avouée de la Commission est de susciter, d'ici 10 ans, des vocations de leaders industriels français à l'échelle internationale, dans des secteurs précis. Pour cela, il convient d'ores et déjà de concentrer les moyens sur des axes clefs.

Concrètement, les entreprises appartenant aux 7 domaines prioritaires évoqués ci-dessous, devraient bénéficier de soutiens financiers importants ces prochaines années.

Les 7 points de base du principe d'innovation

L'ambition en matière d'innovation passe par :

  • reconnaître que l'innovation est essentielle au succès économique ;
  • accorder un accueil plus favorable à la nouveauté ;
  • simplifier les procédures (vécues comme parfois trop compliquées par les citoyens) et alléger les normes ;
  • encourager l'expérimentation ;
  • consacrer une part significative des commandes publiques à des propositions innovantes ;
  • faire preuve de constance dans les politiques publiques ;
  • et surtout, valoriser la prise de risque et son corollaire, l'échec dans le système éducatif.

Plus concrètement, le rapport, après avoir rappelé que l'innovation doit être équilibrée avec le principe de précaution, a formulé sept ambitions pour la France. Ces ambitions n'ont pas été choisies au hasard : en effet, c'est avant tout leur capacité à générer de la croissance, des emplois et des exportations, qui a poussé la Commission à insister sur ces objectifs particuliers. De plus, signalons que ces 7 ambitions sont, pour certaines, porteuses de compétences distinctives françaises.

Les 7 ambitions françaises

Ambition n° 1 : le stockage de l'énergie

Afin de réussir la transition énergétique en France, le rapport préconise dans un premier temps un développement des énergies renouvelables, une optimisation de la production électrique, et un développement de la portabilité. De nombreuses entreprises françaises, grandes ou petites, présentent des atouts sur ce point.

Ambition n° 2 : le recyclage des métaux rares

Du fait de la raréfaction de ces métaux, mais aussi dans un but légitime de protection de l'environnement, le recyclage des métaux rares se doit d'être favorisé. A ce titre, l'innovation et un cadre réglementaire adéquat peuvent permettre l'émergence d'entreprises françaises à la pointe dans ce domaine.

Ambition n° 3 : la valorisation des richesses marines, notamment des métaux, et le dessalement de l'eau de mer

Afin d'apporter des ressources à une population sans cesse en croissance, une valorisation des métaux présents au fond de la mer, et un dessalement moins coûteux en énergie sont nécessaires. A ce titre, il convient de signaler que les entreprises françaises et les organismes de recherche disposent d'une des plus importantes zones d'exploitation marine.

Ambition n°4 : les protéines végétales et la chimie du végétal

Il apparaît aujourd'hui que le secteur de l'élevage ne peut pas, à lui seul, répondre à la demande alimentaire mondiale. Dès lors, l'émergence de nouveaux produits alimentaires doit être favorisée. La France ne pourra disposer d'un important potentiel d'exploitation qu'à la condition de conjuguer les forces de son agriculture, de son industrie agroalimentaire et de sa tradition culinaire. De plus, la richesse agricole pourrait permettre de développer de nouveaux matériaux.

Ambition n°5 : la médecine individualisée

La France, disposant d'atouts formidables en matière de système de santé (notamment d'une recherche reconnue au niveau mondial pour sa qualité) se doit d'être attentive au développement des sciences dites "omiques" (génomiques, protéinomique, etc.), ainsi qu'au développement du numérique. A terme, ce développement pourrait être porteur de l'émergence d'une médecine de plus en plus personnalisée, et porteuse d'une plus grande efficacité collective et individuelle, avec des traitements adaptés.

Ambition n° 6 : la silver économie, l'innovation au service de la longévité

Les seniors expriment des besoins spécifiques. A terme, ils assureront la majorité des dépenses en France. De plus, signalons que d'ici 15 ans, 1,2 milliard d'habitants auront plus de 60 ans dans le monde. Il faudra donc, a terme, orienter l'économie en ce sens. En France, la présence de start-up innovantes d'intégrateurs et d'équipementiers, ainsi que la qualité des compétences académiques, permettront de développer ce secteur.

Ambition n° 7 : la valorisation de données massives (Big Data)

Nous assistons aujourd'hui à une multiplication des données, crées par les particuliers, les entreprises, mais aussi par les pouvoirs publics. Cette croissance sera, à l'avenir, porteuse de nouveaux usages et de gains de productivité. En ce sens, il conviendra pour l'État et ses opérateurs de mettre à disposition les données publiques. La France, du fait de la qualité de ses formations en ce domaine (à titre d'exemple, citons L'école française de mathématiques et de statistique), pourrait devenir pionnière en la matière.

© 2013 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :



-