Actualité : article de veille

Quelques mesures pour stimuler l'esprit entrepreneurial des étudiants

Le 23/10/2013, par La Rédaction de Net-iris, dans Affaires / Commercial & Sociétés.

Vos réactions...

   

Pour développer l'esprit d'entrepreneur des étudiants français, le ministère de l'enseignement supérieur propose quatre mesures.

Introduction

Le Président de la République, François Hollande, l'avait annoncé à l'occasion des Assises de l'entrepreneuriat, tenues en avril 2013 : l'entrepreneuriat étudiant se doit d'être encouragé. A ce titre, la Ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche, Geneviève Fioraso, a annoncé la mise en place prochaine de mesures, afin de favoriser l'esprit d'entreprise des étudiants.

Cette politique devrait articuler formation à l'entrepreneuriat, reconnaissance des parcours entrepreneuriaux dans les cursus, et accompagnement de la démarche entrepreneuriale des étudiants et des jeunes diplômés. Dans cette optique, plusieurs objectifs ont été affichés par le Gouvernement :

  • atteindre 20.000 créations ou reprises d'entreprises par des jeunes issus de l'enseignement supérieur, en quatre ans ;
  • renforcer le nombre et l'ampleur des actions engagées dans les écoles et les universités ;
  • faire de l'entrepreneuriat un levier de changement pédagogique dans l'enseignement supérieur : à ce titre, la prise de risque sera valorisée, ainsi que le travail en équipe, l'alternance, les stages encadrés et l'interdisciplinarité. Ces modes de fonctionnement sont en effet à la base de tout projet entrepreneurial.

Portée des quatre mesures annoncées

Les différentes mesures annoncées par la ministre s'organisent autour de :

- La généralisation des possibilités de formation à l'entrepreneuriat et à l'innovation pour les étudiants et leur meilleure reconnaissance dans le cursus : de nouveaux parcours de formation, basés sur l'entrepreneuriat seront crées, et les projets de création d'entreprises seront mieux valorisés, grâce à l'attribution de crédits ECTS (Système européen de transfert et d'accumulation de crédits).

- Le lancement d'un appel à projet pour la constitution de 30 Pôles Etudiants pour l'Innovation, le Transfert et entrepreneuriat (PEPITE) sur chaque site, afin d'offrir aux jeunes un parcours entrepreneurial dans le supérieur. Une trentaine de ces structures seront donc crées, une par communauté d'universités et d'établissements, pour couvrir l'ensemble du territoire et toucher tous les étudiants.
Ces dispositifs auront avant tout un rôle de coordination pour la mise en place et la mutualisation des formations à l'entrepreneuriat, ainsi qu'un rôle d'accompagnement des porteurs de projets. Signalons que les projets devront être déposés avant le 15 décembre, et que la sélection des projets retenus interviendra en janvier 2014.
Enfin, le financement des projets par le Ministère du redressement productif, les collectivités territoriales et les partenaires devrait être revu à la hausse.

- La création d'un statut "étudiant-entrepreneur" pour les étudiants ou jeunes diplômés porteurs de projets de création d'entreprise. Ce statut sera ouvert aux étudiants en cours de formation, et aux jeunes diplômés souhaitant créer leur entreprise. Ces derniers pourront en effet continuer à bénéficier du statut d'étudiant et des droits sociaux associés, par le biais d'une inscription au sein du diplôme d'université (DU) "Création d'Entreprises Innovantes et Entrepreneuriat".

- Un soutien financier aux meilleurs projets des étudiants ou des jeunes diplômés, par la création d'un prix "Tremplin Entrepreneuriat Étudiant", et ce dans le cadre du concours national d'aide à la création d'entreprises de technologies innovantes. Dans cette optique, les meilleurs projets issus des PEPITE pourront se présenter au concours national. Les lauréats auront droit à un prix de 10.000 euros pour la catégorie "création-développement" et de 5.000 euros pour la catégorie "émergence".

Programme de déploiement du plan d'actions

La mise en place de ces mesures sera rendue effective par le Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche du fait de l'intégration de l'entrepreneuriat étudiant dans les contrats de site des objectifs de l'établissement et dans la procédure d'accréditation des établissements d'enseignement supérieur, introduite par la loi relative à l'enseignement supérieur et à la recherche du 22 juillet 2013.

En dernier lieu, signalons tout de même que des initiatives en faveur de l'entrepreneuriat étudiant existent déjà dans l'hexagone. Ainsi, des écoles de commerce et des écoles d'ingénieurs ont développé des formations en matière d'entrepreneuriat et d'innovation, et des incubateurs (c'est-à-dire des dispositifs d'aide à l'entrepreneuriat) existent déjà dans des Grandes Écoles (comme Centrale Paris) ou dans des Universités (comme Bordeaux Segalen).

Espérons que la mise en place de toutes ces mesures poussera, dès 2014, les étudiants à faire preuve de plus d'esprit entrepreneurial, et seront les prochains créateurs d'entreprises et d'emploi.

© 2013 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :



-