Actualité : en bref

Tentatives d'escroquerie et mail frauduleux

Le 25/06/2015, par Carole Girard-Oppici, dans Technologies / Sécurité & Protection.

Vos réactions...

   

Des escrocs n'hésitent pas à se faire passer pour la Direction générale des Finances publiques pour abuser des contribuables : prudence !.

La direction générale des Finances publiques a noté de nouveau en 2015 une augmentation des courriels frauduleux usurpant l'identité de l'administration et de ses agents ; et proposant des remboursements d'impôts.

L'escroquerie la plus remarquée concerne les tentatives de fraude à la carte bancaire qui accompagnent la promesse d'une restitution d'impôts.

L'administration fiscale met également en garde les contribuables contre d'autres pratiques abusives récentes qui tentent de soustraire des informations aux propriétaires de locaux professionnels, notamment en prétextant un faux recensement.

Il est vrai que depuis quelques années, il a été constaté qu'un nombre croissant d'usagers étaient destinataires de courriers électroniques ou postaux, voire même d'appels, dans lesquels les escrocs, se faisant passer pour des membres de la Direction générale des Finances publiques (DGFiP) promettent le plus souvent un remboursement d'impôt, ou proposent des services contre une rémunération.

Ces tentatives d'escroqueries, destinées autant aux particuliers qu'aux professionnels, peuvent donc revêtir des formes diverses :

  • des courriers postaux, dans lesquels il est fait mention d'une proposition commerciale superflue qui n'a de prime abord aucune utilité vis-à-vis de l'Administration. Le plus souvent, il s'agit de proposer à un créateur d'entreprise de l'inscrire sur un registre national intra-communautaire, contre paiement (envoi d'un chèque), alors que l'attribution d'un numéro de TVA intra-comunautaire est normalement gratuite et automatique ;

  • des appels téléphoniques : le plus souvent, les escrocs cherchent à se faire passer pour des personnes relevant de l'Administration fiscale, et demandent aux personnes contactées la fourniture de leurs coordonnées bancaires en vue d'un éventuel remboursement de crédit d'impôt ;

  • des courriers électroniques frauduleux (c'est la pratique du "phishing") : à ce titre, l'internaute recevra un courrier électronique dans lequel le fraudeur, tout en ayant usurpé le nom de certaines administration et de grands organismes, demandera la fourniture de certains renseignements personnels ou de données de cartes bancaires.

Rappelons que le contribuable ne doit jamais communiquer à qui ce soit un quelconque renseignement relatif à ses coordonnées personnelles ou bancaires.

En cas de réception d'un courrier électronique de la sorte :

  • ne répondez pas au message ;
  • ne cliquez pas sur les liens à l'intérieur du message (ils peuvent vous rediriger vers des faux sites) ;
  • supprimez le message de votre boite aux lettres.

Dans le cas d'un appel téléphonique vous apparaissant comme suspect :

  • n'hésitez pas à prendre le nom de votre interlocuteur, afin d'appeler le service des impôts des particuliers ou le service des impôts des entreprises dont vous dépendez, et demandez à parler à cette personne ;
  • n'appelez pas au numéro que l'on pourrait vous donner.

Si l'arnaque a déjà fonctionné, n'hésitez pas à porter plainte, et à contacter votre établissement bancaire afin de faire opposition, dans les conditions prévues à l'article L133-24 du Code monétaire et financier.

Sources :
Ministère des Finances

Consignes de sécurité de la Direction générale des finances publiques

© 2015 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :



-