Actualité : article de veille

Vers un plan national en faveur de l'emploi dans le tourisme ?

Le 08/11/2013, par La Rédaction de Net-iris, dans Social / Droit du Travail.

Vos réactions...

   

Un rapport remis au Gouvernement préconise de miser durablement sur cette filière créatrice d'emploi et dresse la liste de plusieurs leviers.

Introduction

Avec plus de 800.000 salariés et presque 2 millions d'emplois directs et indirects, le tourisme peut sans équivoque être considéré comme un pilier pour la bataille pour l'emploi.

En effet, du fait des perspectives d'investissements, positives à moyen terme, de la croissance attendue du fait de la venue de nombreux touristes internationaux en France, le tourisme devrait être l'un des secteurs les plus porteurs en matière de création d'emploi dans les prochaines années.

C'est dans cette optique particulière que François Nogue, Président du Conseil d'administration de Pôle emploi, et Directeur général délégué aux ressources humaines à la SNCF, a remis un rapport au Ministre du Travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, Michel Sapin, et à la Ministre de l'Artisanat, du commerce et du tourisme, Sylvia Pinel.

Ce rapport, sobrement intitulé "Le tourisme, filière d'avenir - Développer l'emploi dans le tourisme", met l'accent sur la mobilisation nécessaire des organisations professionnelles, des acteurs publics et des organisations syndicales pour le développement, à terme, du secteur touristique.

La 7ème partie du rapport, "pour un plan de mobilisation national en faveur de l'emploi dans le tourisme", fixe des lignes directrices prioritaires, afin que l'action des pouvoirs publics et des professionnels soit alignée plus efficacement en faveur de l'emploi dans le secteur du tourisme.

A ce titre, 5 questions sont posées par le rapport :

  • comment et dans quels domaines accélérer la montée en compétences de l'industrie touristique, condition essentielle de sa compétitivité ? ;
  • comment satisfaire les demandes d'emplois non pourvues du secteur ? ;
  • comment encourager et faciliter le recours par les TPE au marché de l'emploi ? ;
  • comment consolider et dé-précariser l'emploi saisonnier ? ;
  • comment reconnaître à la filière touristique la place stratégique qui est la sienne dans l'emploi et l'économie nationale ?

Afin de répondre à ces interrogations, le texte propose 21 "leviers" pour renforcer la qualité de la compétence des personnels employés dans le secteur touristique, ceci afin de satisfaire au mieux les clients, et d'améliorer la qualité du service rendu. Il convient de citer les principales propositions.

Renforcer la voie de l'alternance, la pratique du tutorat et la formation "informelle"

Afin de réduire le nombre d'arrêts et d'échecs en cours de contrat de professionnalisation, un accroissement du recours à l'alternance dans le secteur du tourisme semble donc souhaité. Il passera nécessairement par un développement du tutorat, et de la transmission d'expérience, dont le financement sera basé sur les fonds réservés du Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP). De plus, il conviendrait de développer le "permis de former", initié à la base par les partenaires sociaux du secteur des hôtels-cafés-restaurants (HCR).

Le développement du recours au système de la VAE

En ce sens, un recensement centralisé exhaustif des certifications accordées (validation des acquis de l'expérience) devra être mis en place, car aujourd'hui, le nombre et la nature de ces dernières reste assez obscur. Cet outil devra de plus se voir valorisé, afin que les évolutions professionnelles soient bien mieux mises en valeur.

Le recours au contrat de génération

Le recours à ce contrat constitue en effet un levier efficace pour l'insertion professionnelle. Si on ajoute l'aide accordée durant les 3 années du contrat, aux allègements Fillon et au Crédit d'impôts compétitivité emploi (CICE) le coût du travail pour l'entreprise peut être allégé de l'ordre de 40%.

Un "contrat de filière" pourrait être mis en place, afin d'ouvrir la porte, à terme, à un projet de "contrat national de génération" au niveau interprofessionnel.

Favoriser l'ouverture à l'international des jeunes en formation

Afin de développer l'attractivité touristique de la France, il faut que le niveau en langues étrangères des étudiants du secteur du tourisme devienne meilleur. A ce titre, le rapport préconise :

  • de favoriser le recours aux possibilités de séjours à l'étranger financés dans le cadre du programme "Léonardo", qui est une convention cadre de partenariat avec des entreprises étrangères mise en place sous l'égide du Ministère du travail, pour aider les Centres de formation des apprentis à mettre en oeuvre des périodes d'apprentissage dans les entreprises étrangères ;
  • de mettre en place des cours d'anglais spécialisés en "hôtellerie restauration" dans les lycées professionnels ;

Créer un portail unique des offres d'emplois de l'hôtellerie restauration

Les offres d'emploi relatives à la restauration restent le plus souvent disséminées sur différents sites spécialisés, comme Pôle emploi, l'APEC...). Le projet "Transparence" propose à ce titre la création d'un site unique pour mettre en ligne toutes les offres d'emplois relatives à ce secteur, ce qui aurait pour effet de rendre les annonces d'emplois plus visibles et de simplifier la recherche.

Mettre en place des POE collectives et un recours accru aux emplois d'avenir

La "préparation opérationnelle à l'emploi" est un dispositif développé depuis 3 ans par Pôle emploi, qui permet d'articuler une formation professionnelle financée par Pôle emploi et une promesse d'embauche à l'issue de la formation. Des POE collectives ont été développées récemment. Elles permettent de regrouper les besoins identiques de plusieurs employeurs au sein d'une même branche professionnelle. L'ouverture de ces dispositifs, ainsi que des emplois d'avenir, aux entreprises touristiques, permettrait de pallier aux difficultés d'insertion professionnelle des jeunes en difficulté.

Populariser le "TESE" et faciliter l'accès par les TPE et les PME au marché de l'emploi

La connaissance du "Titre emploi service" (TESE) devra être développée, via le réseau des Chambres de commerce et d'industrie (CCI) et des agences Pôle emploi. De plus, la simplification de l'accès des employeurs des TPE/PME - très présents dans le secteur touristique - à l'information administrative (aides à l'emploi, marché de l'emploi, formation professionnelle) devrait contribuer à développer ce secteur.

Améliorer l'environnement et les conditions de travail des travailleurs saisonniers

Pour ce faire, il conviendrait :

  • de favoriser les conditions d'hébergement des saisonniers (grâce à la mise en place d'une déductibilité de la TVA de la construction de logements saisonniers), et en développant les Maisons des saisonniers (en passant d'une trentaine à une cinquantaine de maison dans les trois ans qui viennent) ;
  • de développer le recours au contrat de travail intermittent, qui paradoxalement n'a guère connu de succès jusqu'à présent, alors que cette forme de contrat est plus sécurisée que le CDD. A ce titre, la suppression de l'obligation préalable d'un accord de branche pour signer un contrat de travail intermittent serait une mesure de simplification efficace.

Inscrire le secteur touristique dans les "Contrats de filière"

En prenant en compte le poids économique et social du secteur touristique, il conviendrait de favoriser la mise en place d'un "Comité stratégique de filière", pour accélérer l'innovation et la modernisation du secteur, renforcer l'attractivité des métiers ainsi que la promotion de la "marque France" sur le territoire français et à l'international.

La mise en place d'un groupe de travail

Un travail d'approfondissement de ces propositions devrait être mené dans les prochains mois par le Gouvernement. Un groupe de travail sur l'emploi et la formation dans le secteur du tourisme devrait bientôt être mis en place. Parmi les principaux thèmes abordés, citons :

  • l'attractivité des métiers du tourisme auprès des jeunes ;
  • l'adéquation entre l'offre et la demande de compétence ;
  • le développement de l'alternance et les enjeux liés au travail saisonnier en matière de formation, de parcours professionnels et de conditions de travail.

© 2013 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :



-