Actualité : en bref

Un passage difficile vers l'e-santé

Le 20/01/2014, par La Rédaction de Net-iris, dans Santé / Droit Médical.

Vos réactions...

   

Malgré de nombreux atouts, la France peine à faire évoluer son système de santé vers l'ère du numérique.

La France serait-elle en retard dans le domaine de l'e-santé ? C'est en tout cas ce que laisse entendre un article de presse, en ligne sur le site du quotidien la Tribune.

Il semblerait que depuis de nombreuses années, les nouvelles technologies (comme la télémédecine) tentent de se faire une place dans le domaine de la médecine traditionnelle et du soin. Or, cette demande de renouveau semble freinée par le peu de soutien que lui accordent certains médecins "vieille école", mais aussi par certaines procédures administratives, que le journaliste n'hésite pas à qualifier "d'interminables".

D'après de nombreux professionnels, l'absence de recherche et développement dans cette branche serait de plus due à une grande frilosité de la part de la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAM), qui craindrait que les consultations à distance s'ajoutent aux visites traditionnelles et creusent encore le déficit de la Sécurité Sociale.

Pourtant, cette nouveauté vise en premier lieu à améliorer la qualité des soins, à rationaliser et à diminuer les dépenses de santé. Ainsi, les maladies chroniques, comme le diabète et l'insuffisance cardiaque, pourraient être mieux soignées. Certains acteurs du marché proposent déjà une offre adaptée aux besoins des patients.

Au final, l'e-santé, particulièrement adaptée aux besoins des populations éloignées des agglomérations, allie besoins du patient, avantages des nouvelles technologies, et économies pour le système de soin.

Source : La Tribune

© 2014 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :



-