Actualité : article de veille

Aérez votre logement, il est peut-être plus pollué que l'air extérieur !

Le 06/08/2015, par Carole Girard-Oppici, dans Civil / Immobilier.

Vos réactions...

   

Après identification des facteurs de pollution de l'air intérieur, diverses actions permettent de réduire l'exposition à des agents dangereux pour la santé.

Introduction

Depuis des années, les pouvoirs publics sensibilisent les français, mais aussi d'une manière générale les européens (programme Air pur pour l'Europe), à la question de la pollution de l'air. Si certaines personnes sont plus exposées à des risques que d'autres (comme les jeunes enfants, les personnes souffrant d'allergies et d'asthme) en réalité tout le monde est concerné.

Selon une étude menée avec la collaboration de l'Anses, le coût de la pollution de l'air intérieur avoisine les 19 milliards d'euros pour an si l'on tient compte du coût externe de la mortalité (ex : en cas d'exposition prolongée à un agent chimique) et de la perte de qualité de vie (réduction des capacités respiratoires, fatigue), le coût externe des pertes de production (arrêt de travail pour maladie et IJSS) et enfin le coût des soins remboursés (consultation, traitement, hospitalisation).
"Même si les résultats ont un caractère plus illustratif que définitif du fait des hypothèses et des limites identifiées, il en ressort que les coûts associés à l'impact sanitaire de l'exposition aux particules représentent une part prépondérante du coût global", estime l'Anses.

Le lien entre santé et qualité de l'air n'étant plus à démontrer, il est important de pouvoir respirer un air de qualité à l'extérieur, comme à l'intérieur des bâtiments. Contrairement à beaucoup de croyances, l'air intérieur des habitations, des bâtiments publics (comme les crèches et écoles), des commerces ou encore des bureaux de travail sont parfois aussi pollués que l'air extérieur ! Difficile à croire ?

Et pourtant, la pollution de l'air intérieur provient de différentes sources parfois ignorées :

  • l'activité humaine : le monoxyde de carbone, la pollution atmosphérique, la pollution atmosphérique extérieure (qui entre par les aérations), le chauffage, la cuisson des aliments ;
  • les bio contaminants : les éléments biologique et infectieux (virus, légionelle, etc.), les moisissures, les acariens, les animaux, le pollens, le radon naturel qui provient du sol ;
  • les produits de construction et de décoration : les sols et peintures, les lasures, l'ameublement, les tissus, l'amiante, le plomb ;
  • les produits que nous utilisons : le tabac, l'aspirateur (filtre encrassé), les désodorisants, les produits d'entretien ménagers, les cosmétiques.

Comment réduire les effets sur la santé d'une pollution de l'air intérieur ?

Il est recommandé de mener deux types d'actions pour améliorer la qualité de l'air intérieur, à savoir :

  • d'une part, des actions préventives qui visent à éviter l'apparition d'un problème de qualité d'air intérieur et qui sont mises en oeuvre avant l'apparition d'un problème :
    - aération quotidienne et au pire hebdomadaire (en ville évitez d'aérer pendant qu'il y a beaucoup de trafic routier) ;
    - maintenance et entretien régulier du système de ventilation, de chauffage, des filtres ;
    - ne pas utiliser des systèmes de chauffage contre-indiqués pour un usage interne (ex : parasol chauffant) ;
    - achat de produits à faible risque de toxicité (reconnaissance via un EcoLabel),
    - ne pas fumer à l'intérieur d'un logement ou d'un espace confiné ;
    - éviter l'usage d'aérosols et de diffuseurs de parfums qui diffusent dans l'air des microparticules en suspension (pouvant être inhalées) ;
    - éviter de résider sur une zone géographique particulièrement exposée au gaz radon (ex : certains terrains en Auvergne) ;
    - éviter de garer la voiture devant une fenêtre ou dans le garage en marche arrière (pot d'échappement en direction du logement).

  • et d'autre part, des actions correctives qui visent à corriger un problème de qualité d'air intérieur et qui sont mises en oeuvre après l'apparition du problème : par exemple, après identification d'un dysfonctionnement du système de VMC, réparation du système.

© 2015 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :



-