Actualité : en bref

Que contiennent les compléments alimentaires ?

Le 21/07/2014, par Carole Girard-Oppici, dans Civil / Consommation.

Vos réactions...

   

Liste des plantes autorisées dans la composition des compléments alimentaires contenant des préparations à base de plantes.

Les compléments alimentaires sont des denrées alimentaires dont le but est de compléter le régime alimentaire normal et qui constituent une source concentrée de nutriments ou d'autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique seuls ou combinés, commercialisés sous forme de doses, à savoir les formes de présentation telles que les gélules, les pastilles, les comprimés, les pilules et autres formes similaires, ainsi que les sachets de poudre, les ampoules de liquide, les flacons munis d'un compte-gouttes et les autres formes analogues de préparations liquides ou en poudre destinées à être prises en unités mesurées de faible quantité.

En grande partie, les compléments alimentaires sont des préparations à base de plantes.

Un décret de mars 2006 prévoit que, pour les compléments alimentaires contenant des plantes non autorisées en France, les exploitants du secteur alimentaire intervenant à toute étape de la production, de la transformation et de la distribution, se soumettent à une procédure d'autorisation simplifiée qui peut donner lieu à des autorisations nominatives.

Les plantes contenues dans les compléments alimentaires ayant bénéficié d'un tel accord, qu'il soit tacite ou non, doivent être intégrées dans une liste des plantes autorisées précisant notamment les conditions de leur emploi.

La liste des plantes autorisées (hors les champignons) comprend notamment le maïs, le gingembre, la vigne, la violette des marais, l'ortie brûlante, le trèfle des près, le tilleul, le thym, le radis noir, ginseng,...

L'arrêté du 24 juin fixe également les restrictions spécifiques à chaque plante et les conditions générales à leur emploi, à savoir la détention d'un dossier démontrant la qualité de la préparation mise en oeuvre et, lorsque cela est nécessaire, un dossier toxicologique démontrant l'innocuité de la préparation.

Source : Arrêté du 24 juin 2014

© 2014 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :



-