Actualité juridique

Les entrepreneurs montrent des signes d'optimisme

Le 02/09/2014, par Etienne Nicolas, dans Affaires / Commercial & Sociétés.

Vos réactions...

   

Une étude, menée auprès de 3.500 patrons ou associés d'entreprises de moins de 50 salariés, montre que les entrepreneurs ont désormais confiance en l'avenir.

Intitulée "ADN" d'un entrepreneur, et menée auprès de 3.500 patrons ou associés d'entreprises de moins de 50 salariés, la sixième édition de l'étude de l'entreprise d'assurance Hiscox montre que les entrepreneurs relèvent peu à peu la tête face aux difficultés engendrées par la crise, et ont le moral.

Parmi les principaux points mis en exergue par l'étude Hiscox, il convient de citer :

  • que des signes d'amélioration semblent perceptibles : ainsi, 45% des sondés ont déclaré une hausse des bénéfices, mettant ainsi un terme à trois années de baisse consécutives ;
  • que les entreprises allemandes tirent leur épingle du jeu, et font état d'une progression de leur carnet de commandes, de leur charge de travail, ou de leur nouveaux clients (70%) ;
  • qu'en règle générale, les plus grandes entreprises de l'échantillon, par le nombre de salariés et le chiffre d'affaires, sont plus nombreuses à se déclarer optimistes. Ainsi, pas moins de deux tiers (63%) des entreprises comptant entre 20 et 50 salariés se sont déclarées confiantes pour l'année à venir, contre 38% pour les entrepreneurs individuels ;
  • que cependant, la recherche de financements peut parfois s'avérer infructueuse ;
  • que les problèmes du volume d'affaires insuffisant et de l'incapacité à répercuter les coûts sur les clients restent les principales craintes révélées par les entrepreneurs ;
  • que les start-up créées depuis le début de la récession semblent prospérer. L'étude signale en outre que plus de la moitié des startups issues de la récession ont été créées par des femmes ;
  • qu'un sondé sur trois envisage néanmoins de se retirer de son entreprise dans les cinq prochaines années. A ce titre, le départ à la retraite reste cité comme la stratégie de sortie la plus probable. Presque la moitié de ceux qui songent à se retirer des affaires envisagent de partir en retraite et de fermer les portes de l'entreprise concernée à leur départ ;
  • que pour les personnes interrogées, les principales mesures gouvernementales qui permettraient de rendre le secteur des PME plus florissant sont la baisse des impôts, et la fin, ou du moins une amélioration sensible du coté des lenteurs administratives.

© 2014 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Commentaires et réactions :



-