Actualité juridique

Ebola : l'alerte sanitaire est lancée en France

Le 13/10/2014, par Carole Girard-Oppici, dans Santé / Responsabilité Médicale.

Vos réactions...

   

Les autorités sanitaires françaises ne sont pas à leur premier exercice de prévention d'une pandémie, d'un virus ou d'un syndrome mortel.

Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) en 2004, Grippe AH1/N1 (pandémie de l'influenza A) en 2009, bactérie Escherichia coli en 2011, Coronavirus en 2013... ont tous donné lieu à des alertes sanitaires et à des programmes d'information et de sensibilisation de la population afin d'éviter une exposition de masse et permettre une prise en charge rapide des malades.

Pourquoi ? Parce que dans la plupart des cas, il n'existe pas de traitement efficace pour enrayer les symptômes d'un homme contaminé, que la maladie se transmet d'une personne à l'autre, et que le décès fait partie des issues possibles de la maladie.

Désormais, c'est le virus Ebola (fièvre hémorragique à virus Ebola) qui donne lieu à des actions de surveillance part les autorités compétentes en raison de sa propagation sur le territoire européen (avec un premier cas avéré en Espagne). Mortel pour l'homme si pris en charge trop tardivement par des équipes médicales, car aucun vaccin n'existe, le virus Ebola se caractérise par des flambées de fièvre hémorragique qu'il faut traiter.

Il se transmet d'homme à homme par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus des sujets infectés.

Il peut être difficile à distinguer d'autres maladies infectieuses comme le paludisme, la fièvre typhoïde et la méningite, mais surtout, sa période d'incubation est longue (jusqu'à 21 jours) ce qui augmente le risque de contaminations en cascade.

En France, une personne peut être contaminée si elle revient de l'étranger et notamment d'un pays d'Afrique de Ouest (principalement la Guinée, la Sierra Leone et le Libéria) ou a récemment voyagé à l'étranger, ou a soigné une personne contaminée, indique l'OMS.

Le ministère de la Santé a ouvert un numéro vert gratuit, disponible 7j/7, de 09h à 21h, le 0800.13.00.00, afin de renseigner les voyageurs ainsi que les personnes potentiellement exposées à un risque de contamination et présentant des symptômes grippaux. En cas de doute, il sera recommandé aux patients de prendre rendez-vous auprès de leur médecin traitant ou un médecin proche de l'endroit où ils se trouvent, partout en France, le plus rapidement possible.

ebola symptomes

Le début de la contagiosité est lié à l'apparition des premiers symptômes (fièvre brutale, faiblesse intense, maux de tête, douleurs musculaires), sachant qu'un malade contaminé peut mettre entre 2 et 21 jours avant de déclarer les symptômes liés à la phase 1 de la maladie liée au virus Ebola. La phase 2 cumule les symptômes de la phase 1 avec des vomissements, diarrhée, une éruption cutanée, insuffisance rénale et hépatique et, dans certains cas, d'hémorragies internes et externes (par exemple, saignement des gencives, sang dans les selles).

Aucun traitement homologué n'a pour l'instant démontré sa capacité à neutraliser le virus, mais plusieurs traitements (dérivés du sang, immunologiques ou médicamenteux) sont à l'étude. La France a autorisé par arrêté du 18 septembre et arrêté du 22 septembre 2014 l'utilisation des médicament Favipiravir, TKM-100-802, ZMapp et ZMabs pour des patients contaminés par le virus Ebola.

© 2014 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :



-