Actualité : article de veille

SMIC 2018 : près de 9,88 euros brut de l'heure soit 18K annuel

Le 23/10/2017, par Carole Girard-Oppici, dans Social / Droit du Travail.

Vos réactions...

   

260 euros en plus de salaire net pour 2018 : la rémunération minimale des heures de travail réalisées en 2018 serait de 1.498 euros brut par mois.

Introduction

La revalorisation annuelle du salaire minimum (SMIC) s'effectue chaque année au mois de janvier. En 2018, l'augmentation du Smic - qui concerne plus d'un salarié sur dix, devrait avoisiner les +1,2% et sans "coup de pouce" du Gouvernement, indiquent les comptes de la Sécurité sociale et le projet de loi de Financement de la sécurité sociale pour 2018.

Le Smic brut mensuel, en dessous duquel les employeurs n'ont pas le droit de payer leurs salariés, quel que soit leur âge, secteur ou lieu d'activité, passerait à 1.498 euros (contre 1.480,27 euros cette année) pour un horaire collectif fixé à 151,67 heures.

Au 1er janvier 2018, le Smic horaire 35H frôlerait les 9,88 euros ou 17.976 euros annuel (près de 18.000 euros par an). Ce montant est en vigueur en métropole, en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon.

Quant au minimum garanti, il devrait rester proche des 3,58 euros en métropole, dans les départements d'outre-mer et dans les collectivités d'outre-mer de Saint-Barthélemy, de Saint-Martin et de Saint-Pierre-et-Miquelon.

260 euros en plus avec la suppression des cotisations salariales

Selon le ministère du Travail, le montant moyen versé aux personnes rémunérées au niveau du SMIC s'élève à 260 euros par mois.

"Compte tenu de la hausse de CSG de 1,7 point", qui finance la suppression des cotisations salariale maladie et chômage, "le gain net de pouvoir d'achat sera de 1,45% pour tous les salariés, soit 260 EUR par an pour un salarié au SMIC".

Les éléments de rémunération pris en compte pour calculer le salaire minimal

Pour apprécier si le salaire horaire minimum, qui correspond à une heure de travail effectif, est au moins égal au Smic, il convient :

  • de retenir les éléments suivants :
    - le salaire de base,
    - les avantages en nature (nourriture, logement, véhicule, NTIC, etc.),
    - les compensations pour réduction d'horaire,
    - les majorations assimilables à un complément de salaire (primes, indemnités, remboursements de frais ne correspondant pas à une dépense effective, etc.),
    - les pourboires, gratifications et commissions,
    - les primes de rendement individuelles ou collectives (rendement global d'une équipe),
    - les primes de production ou de productivité constituant un élément prévisible de rémunération,
    - les primes de fin d'année pour le mois où elles sont versées,
    - les primes de vacances pour le mois où elles sont versées,
    - les primes de polyvalence.
  • et d'exclure les éléments suivants :
    - les remboursements de frais effectivement supportés par le salarié (ex : frais de déplacement),
    - les primes forfaitaires destinées à compenser les frais exposés par les salariés du fait de leur prestation de travail (primes de panier, d'outillage, de salissure, indemnités de petit ou grand déplacement, etc.),
    - les majorations pour heures supplémentaires,
    - les majorations pour travail le dimanche, les jours fériés et la nuit,
    - les primes d'ancienneté,
    - les primes d'assiduité,
    - les primes liées à la situation géographique (prime d'insularité, barrages, chantiers),
    - les primes liées à des conditions particulières de travail (prime de danger, prime de froid, prime d'insalubrité, etc.),
    - les primes collectives liées à la production globale de l'entreprise (sa productivité ou ses résultats),
    - les primes de transport,
    - les versements au titre de la participation et /ou l'intéressement.

© 2017 Net-iris

   

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :



-