Actualité : article de veille

CDI ne signifie pas toujours stabilité...

Le 19/10/2015, par Chloé Vialle, dans Social / Droit du Travail.

Vos réactions...

   

Une étude révèle que pour l'année 2011, près de 36,1% des CDI ont été rompus avant leur premier anniversaire.

Introduction

Au début de l'année 2015, la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) a mené une enquête à partir des données sur les mouvements de main d'oeuvre fournies par les entreprises, révèle notamment qu'au cours de l'année 2011, plus d'un tiers des contrats à durée indéterminée (CDI) conclus n'ont pas duré plus d'un an.

Il apparait que la fréquence de rupture d'un CDI avant le 1er anniversaire est extrêmement variable d'un secteur à l'autre (pour atteindre de grandes proportions, de l'ordre de 58,6%, dans les secteurs de l'hébergement et de la restauration).

Les principales causes de rupture des CDI, envisagées par l'étude, sont la démission, la fin de la période d'essai, le licenciement ou la rupture conventionnelle.

En outre, l'analyse Dares met l'accent sur d'autres points, sur lesquels il est important de s'attarder.

Les ruptures de CDI chez les 15 / 24 ans

L'étude de la Dares met en lumière un fait intéressant : la part des CDI rompus avant le délai d'un an est particulièrement élevée chez les jeunes de 15 à 24 ans. Il semble de plus que cette tranche d'âge semble particulièrement concernée par les ruptures de période d'essai, et par une rupture au cours des trois premiers mois. Ainsi, le premier mois, la probabilité de rupture des CDI des 15-24 ans est de 12,9%, contre 9,0% pour les 25 ans ou plus.

De plus, et toujours dans la tranche d'âge des 15/24 ans, la proportion de rupture des CDI le troisième mois semble plus élevée si ce dernier est conclu au cours du mois de juin (10,7% contre au plus 7,2% le reste de l'année).

Signalons à ce propos que le secteur de l'hébergement et de la restauration concentre, à lui seul, plus de la moitié des CDI conclus en juin ou juillet et rompus dans le courant du mois d'août ou du mois de septembre.

S'agissant des sexes, la différenciation est peu marquée. Ainsi, les ruptures de CDI avant un an sont un peu plus fréquentes pour les femmes (37,0% en 2011) que pour les hommes (35,5%). L'âge semble cependant avoir un impact : ainsi, la proportion de CDI rompus avant un an est plus haute chez les jeunes femmes (49,3%) que chez les jeunes hommes (42,2%).

Une progression constante des ruptures dans certains secteurs

D'après la Dares, 36,1% des Contrats à durée indéterminée débutés au cours de l'année 2011 ont duré moins d'un an.

La fréquence de cette rupture semble particulièrement élevée dans le tertiaire (38,4%), ainsi que dans le secteur de la construction (32,7%).

L'hébergement et la restauration, les autres activités spécialisées, scientifiques et techniques, ainsi que les activités de services administratif et de soutien sont aussi des secteurs ou la proportion de CDI de moins d'un an est assez élevée.

De plus, et depuis l'année 2007, les CDI sont de plus en plus rompus avant un an du fait de la fin de la période d'essai. A contrario, la part des CDI rompus avant un an du fait d'une démission semble en baisse depuis 2007.

Dans la majorité, les CDI rompus avant une année sont plus élevés chez les employés peu qualifiés.

Des CDI rompus pour différents motifs

Chacun des secteurs mentionnés ci-dessus présentent une spécificité. Ainsi, la démission est le premier motif de rupture pour le secteur de "l'hébergement et la restauration". Les autres activités de service administratifs et de soutien sont plus touchés par la fin de la période d'essai.

S'agissant des activités de services administratifs et de soutien, les ruptures de CDI avant un an sont autant le résultat de démissions que de fins de période d'essai (respectivement 14,6% et 14,8%).

Source : Dares Analyses - janvier 2015

© 2015 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Commentaires et réactions :




-