Actualité : article de veille

En 2012, les salaires ont baissé dans le tertiaire

Le 30/01/2015, par Etienne Nicolas, dans Social / Droit du Travail.

Vos réactions...

   

La rémunération brute mensuelle moyenne des salariés en équivalent temps plein s'est élevé à 2.874 euros dans le secteur privé et les entreprises publiques.

Introduction

Une étude, menée par la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares),et basée sur les déclarations annuelles de données sociales (DADS) que les entreprises adressent à l'administration, s'est penchée sur le niveau des salaires par secteur et par branche professionnelle en 2012.

Un ralentissement est à noter pour l'année 2012, par rapport à l'année 2011 (au cours de laquelle la rémunération moyenne avait augmenté de 2,4% en brut et de 2,3% en net).

D'après la Dares, en euros constants, le salaire moyen a baissé de 0,4% en 2012.

Parmi les autres enseignements de l'étude, il convient de citer :

Des hausses de salaires différentes en fonction des tailles des entreprises

L'étude révèle en effet que le salaire mensuel net est d'autant plus élevé que l'entreprise est grande, passant de 1798 euros en moyenne dans les entreprises de moins de 10 salariés, à 2403 euros dans celles de 500 salariés ou plus.

Dans les entreprises de moins de 250 salariés, les hausses de salaires nets ont été inférieures à la moyenne, ce qui s'explique néanmoins par différents facteurs : les salariés de ces entreprises sont en moyenne plus jeunes, travaillent plus souvent dans des secteurs moins rémunérateurs, et travaillent à des postes d'ouvriers ou d'employés.

Fait intéressant : l'écart entre les salaires net mensuels (en équivalent temps plein) des femmes et des hommes semble différent selon la taille des entreprises concernées : il varie en effet de -14,4% dans les TPE à -22,8 % dans les entreprises de 50 à 99 salariés.

Des salaires dynamiques dans l'industrie, moins dans les activités financières et d'assurance

Le secteur de l'industrie marque une forte hausse, même si une baisse reste à signaler par rapport à l'année 2011 (+ 2,0 en 2012, contre +3,1% en 2011). A ce titre, il semblerait que la cokéfaction reste le secteur le plus rémunérateur, suivi par le secteur de la production et de la distribution d'eau et d'électricité, de gaz, de vapeur et d'air conditionné de l'industrie pharmaceutique.

En revanche, les salaires semblent ralentir dans les activités financières et d'assurance. Ainsi, après une forte progression au cours de l'année 2011 (+3,9%), les salaires du secteur des activités financières et d'assurance n'ont augmenté que de seulement 0,3% au cours de l'année 2012.

Une baisse dans quasiment toutes les branches professionnelles

Parmi les branches qui couvrent plus de 100.000 salariés, les baisses de salaire les plus marquées sont à relever du coté de la métallurgie cadres (+1,9% après +4,3% en 2011) et de la plasturgie (+2,1% après +4,1% en 2011).

Même la branche des banques marque un recul (-1,7%) ! Néanmoins, la Dares révèle que cette baisse semble logiquement découler de la baisse du salaire des cadres (-4,7%), qui représentent tout de même 48% des effectifs totaux de la branche.

Néanmoins, certains accords de revalorisation des salaires conventionnels, conclus en 2012, ont permis une progression des salaires dans les branches professionnelles de la pharmacie d'officine, de prestataires de services du secteur tertiaire, ainsi que dans les cabinets d'expertise comptable.

L'étude de la Dares ne fait finalement que corroborer une précédente étude menée par l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), qui portait sur la progression des salaires entre l'année 2011 et l'année 2012.

© 2015 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Pour approfondir ce sujet :

 Information de veille juridique


Commentaires et réactions :



-