Actualité juridique

Contrôles de la DGCCRF sur la présence de listeria dans les aliments

Le 24/03/2015, par Juliette Balatre, dans Civil / Consommation.

Vos réactions...

   

La DGCCRF a procédé à un plan de contrôle relatif à la contamination des aliments par la listeria parmi les produits de fabrication industrielle.

La DGCCRF a mené un plan de contrôle sur la contamination des aliments à la distribution par listeria monocytogenes parmi les produits de fabrication industrielle et de grande consommation.

La listeria est en effet une bactérie pathogène pour les humains, qui peut traverser la barrière intestinale ou placentaire et provoquer la listériose, affection rare mais pouvant être très grave. Elle contamine parfois certains aliments à différents stades de la chaîne alimentaire, notamment lorsque la chaîne du froid ou les règles de préparation et d'hygiène n'ont pas été respectées. La listeriose touche le plus souvent les nouveaux-nés, les personnes immunodéprimées, les personnes âgées et les femmes enceintes.

Un seuil réglementaire de taux de listeria est en effet fixé (1), au delà duquel les aliments sont considérés comme étant impropres à la consommation. Le seuil est fixé à 100 unités formant colonie par gramme.

3 grandes catégories de denrées alimentaires les plus à risque ont ainsi fait l'objet d'un plan de contrôle par le DGCCRF :

  • la charcuterie cuite et les produits à base de viande fumée ;
  • les fromages ;
  • les produits à base de poisson ou de produits de la pêche.

Plus de 3.000 produits ont été analysés, et parmi eux, 49 étaient contaminés (soit 5,9%), dont deux (fromage au lait cru et pâté de tête) qui ont été jugés impropres à la consommation.

Parmi les aliments à surveiller, les échantillons portaient principalement sur des denrées de saumons et truites fumées, tarama, sushis, sashimis, makis, et tartares de saumon.

Les produits de charcuterie et les fromages étaient quant à eux plus épargnés (seuls 1,1% des denrées de charcuterie et 0,3% des fromages étaient contaminés), dont certains d'entre eux pouvant être maitrisés par cuisson (lardons fumés).

En outre, les enquêteurs ont constaté des irrégularités des dates limites de consommation et des étiquetages non conformes, ainsi que des non respects des règles d'hygiène. Une pratique commerciale trompeuse (2) et une tromperie (3) ont également été relevés.

Rappelons qu'une pratique commerciale est trompeuse si elle crée une confusion ou est susceptible de créer une confusion avec un autre bien d'un autre concurrent, ou si elle repose sur les allégations, indications ou présentations fausses ou de nature à induire en erreur sur la nature du bien, ses caractéristiques essentielles, son prix...

La tromperie, quant à elle, est constituée lorsque le professionnel aura trompé ou tenté de tromper le consommateur par tout moyen ou procédé sur la nature, l'espèce, l'origine, les qualités substantielles, la composition ou la teneur en principes utiles d'une marchandise, ou encore sur la quantité.

Il est recommandé de procéder à une désinfection régulière du réfrigérateur afin d'éviter les contaminations croisées d'un aliment contaminé par listeria sur un autre, de séparer les viandes crues des autres denrées (sur le plan de travail, par exemple) et de cuire suffisamment ses aliments afin de tuer la bactérie si elle est présente. De même, les aliments ne doivent pas être décongelés à température ambiante mais de préférence dans de l'eau, au four à micro ondes ou au réfrigérateur.

(1) Règlement (CE) N°2073/2005 de la Commission du 15 novembre 2005 concernant les critères microbiologiques applicables aux denrées alimentaires
(2) Article L121-1 du Code de la consommation
(3) Article L213-1 du Code de la consommation

© 2015 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Commentaires et réactions :



-