Actualité : en bref

Bientôt un test pour distinguer les aliments Bio des autres

Le 13/05/2015, par Carole Girard-Oppici, dans Civil / Consommation.

Vos réactions...

   

Le CIRAD met au point une technique d'identification du profil bactérien et fongique des aliments afin de renforcer la traçabilité et la santé des consommateurs.

Actuellement, il appartient aux industries alimentaires d'assurer la traçabilité et la sûreté des aliments. Mais la traçabilité se fonde principalement sur des données administratives, qui parfois peuvent être erronées. Étant donné qu'il est impossible à l'oeil nu pour un consommateur de savoir si le produit est réellement plus sain et naturel qu'un autre - parce qu'il porte un label Agriculture Biologique - les chercheurs du CIRAD (recherche agronomique pour le développement) ont développé un test qui permet de distinguer, une fois mis sur le marché, un aliment issu de l'agriculture biologique d'un autre, produit avec des pesticides par l'agriculture conventionnelle (1).

Aussi pour aider les professionnels de la chaine alimentaire qui souhaitent par exemple s'assurer que les nectarines, pêches, pommes, bananes etc. qu'ils commercialisent sont bien issues de l'agriculture biologique, un "outil d'analyse à la fois fiable, rapide et peu coûteux" va être développé et commercialisé.

L'analyse repose sur la comparaison de la diversité de la flore microbienne de fruits issus de l'agriculture biologique à celle de fruits produits en agriculture conventionnelle. Il apparait que les traitements chimiques, en particulier fongicides, appliqués en agriculture conventionnelle modifient la flore microbienne des produits, de sorte qu'en analysant cette flore, il devient possible d'identifier leur mode de production.

Retenons de cette étude que la microflore des fruits est directement impactée par les traitements chimiques et pesticides répandus dans les champs, de sorte qu'il est une nouvelle fois démontré que pour la santé, il est préférable de consommer des aliments issus de agriculture biologique car ils ne subissent aucune altération susceptible à long terme de dégrader la santé humaine.

Indirectement, ce test pourrait également permettre aux services de l'État de contrôler que le producteur répond bien à toutes les conditions de production nécessaires pour l'obtention du crédit d'impôt agriculture biologique.

Source :

(1) Analyse CIRAD Produits bio ou produits non bio, avril 2015

© 2015 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :



-