Actualité juridique

Les souhaits de la France en matière d'immigration

Le 22/05/2015, par La Rédaction de Net-iris, dans Public / Droits de l'homme.

Vos réactions...

   

Alors que l'agenda pour les migrations a été publié par la Commission européenne, la France donne son avis, et formule certaines recommandations.

Alors que l'actualité n'a de cesse de nous rappeler la situation véritablement tragique vécue par les migrants en Méditerranée, la France, en la personne de son Ministre des affaires étrangères et du développement international, Laurent Fabius, ainsi que de son Ministre de l'intérieur, Bernard Cazeneuve, a présenté une communication relative à l'Agenda pour les migrations, publié par la Commission européenne.

A ce titre, trois axes principaux sont à retenir et à améliorer :

  • le renforcement des contrôles aux frontières extérieures, afin d'assurer le bon fonctionnement de l'espace Schengen ;
  • la lutte contre les trafiquants de migrants, et les filières d'immigration clandestine ;
  • le renforcement de la coopération avec les pays sources, ainsi qu'avec les pays de transit.

Parmi les principales propositions faites par la France, citons :

  • le renforcement de la présence de l'Union européenne en mer (notamment avec la mise à disposition, par la France, de moyens plus conséquents, comme un navire patrouilleur, un remorqueur en haute mer, ou encore des avions de surveillance) ;
  • une résolution permettant de neutraliser, ou de rendre hors d'usage les navires utilisés par les trafiquants en haute mer, ou dans les eaux territoriales libyennes ;
  • une répartition plus équitables des demandeurs d'asile, dans les différents pays de l'Union européenne. Actuellement, seulement 5 États fournissent 75% de l'effort total des 28 en matière de demande d'asile ;
  • le renforcement de l'action de l'Union européenne, en matière de prévention des flux migratoires illégaux, en lien avec les pays d'origine, et de transit. A ce titre, la France soutient la proposition, formulée par la Commission européenne, de mettre en place des centres de prévention des départs et d'aide au retour des migrants.

En outre, l'État français reste clairement opposé à toute idée de quota en matière de demande d'asile.

© 2015 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Commentaires et réactions :



-