Actualité : en bref

Arnaque à la webcam : conseils de la CNIL pour bien réagir

Le 25/05/2015, par Carole Girard-Oppici, dans Technologies / Sécurité & Protection.

Vos réactions...

   

Alors que les arnaques à la webcam se multiplient et touchent chaque années des milliers de victimes, la CNIL publie un guide de ces pratiques.

Pour chaque situation particulière, l'arnaque semble se dérouler à peu près de la même façon : la victime se rend la plupart du temps sur un site de rencontre, et entame la conversation avec une jeune femme ou un jeune homme au physique plutôt attrayant. La victime se voit alors proposer de continuer la conversation par Webcam, et s'exécute. Le cyber-escroc fait une capture d'écran, et menace de diffuser la vidéo ou les images de cet échange sur le compte Facebook d'un proche ou sur un site de partage de vidéos, si la personne ne lui remet pas la somme de 200 euros sous 24/48h.

Afin de faire face à cette situation, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) a publié une fiche pratique, destinée à informer et accompagner les victimes de ces cyber escrocs. Il y est notamment indiqué :

  • qu'il ne faut surtout pas répondre aux tentatives de chantage du cyber-escroc ;
  • qu'il convient d'alerter les autorités compétentes, via la plateforme PHAROS (plateforme d'harmonisation, d'analyse de recoupement et d'orientation des signalements) : internet-signalement.gouv.fr ;
  • qu'il faut demander au site de dépublier le contenu gênant ;

Rappelons que des sociétés, spécialisées dans l'effacement des contenus gênants, existent. De plus, et depuis un arrêt rendu par la Cour de justice de l'Union européenne, les internautes peuvent saisir les moteurs de recherche d'une demande de déréférencement d'un contenu associé à leur nom et prénom.

Source : CNIL

© 2015 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :



-