Actualité juridique

La web-réputation ou e-réputation : êtes-vous net sur le net ?

Le 25/01/2016, par Chloé Vialle, dans Technologies / Sécurité & Protection.

Vos réactions...

   

Quelle impression produisent les informations vous concernant disponibles sur Internet ?

De nos jours, avec l'usage croissant d'internet et le développement des réseaux sociaux, les internautes sont de plus en plus préoccupés par la protection de leurs données. Sur l'année 2014, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) a reçu près de 2.300 plaintes concernant des problématiques d'e-réputation.

La réputation sur internet, ou l'e-réputation, est l'impression que produisent les informations vous concernant disponibles sur Internet. Ces informations peuvent prendre des formes différentes, tels que des commentaires, des articles, des photos, des vidéos, des coordonnées, de faux profils en ligne, la réutilisation de données publiquement accessibles sur internet, etc...

Alors que l'e-réputation peut parfois servir une personne, par exemple l'aider à trouver un emploi en la rendant plus visible sur les sites de réseaux de professionnels tels que Viadeo ou Linkedin ; elle peut également la desservir si des informations compromettantes viennent à circuler sur le web.

Mieux vaut prévenir que guérir : même si le droit à l'oubli existe pour obtenir la suppression de contenu ou photo sur internet, mieux vaut avoir un maximum de contrôle sur son e-réputation et la protéger.

La Mairie de Paris a lancé, en 2013, une plateforme dédiée à l'e-réputation pour anticiper ou résoudre les problèmes. Des fiches pratiques sont proposées pour apprendre à gérer sa réputation du net sur Twitter et Facebook.
Par ailleurs, elle met en ligne un test qui permet d'évaluer sa propre e-réputation dans le but de connaître ses failles et d'y remédier.

Monsieur C.B.aurait dû se méfier en quittant Madame L.A, car sa "e-vengeance" allait être terrible!

Coupable de violences avec préméditation, d'usurpation d'identité, d'appels téléphoniques malveillants et d'atteinte à l'intimité de la vie privée par fixation ou transmission de l'image d'une personne, Madame L.A a utilisé tous les moyens technologiques à sa disposition et toute son imagination pour s'en prendre à son ex compagnon, notamment :

  • envoi de 849 SMS d'insultes, de menaces personnelles et professionnelles à son ex compagnon ;
  • contact sur Facebook de l'ensemble de son réseau privé et pro pour le calomnier ;
  • envoi de courriels à plus de 200 personnes dont ses clients et sa mère ;
  • création d'une dizaine de profils Facebook, Viadeo, Twitter, Linkedin utilisant son identité, à partir desquels elle entrait en contact avec ses clients ;
  • utilisation du pseudo et des photos de l'associée de son ex-amant, et directrice de l'entreprise, pour créer des pages Facebook et ainsi toucher son entourage professionnel avec des propos insultants à son endroit.

Le tribunal correctionnel de Paris l'a condamnée, le 21 novembre 2014, à 2 ans de prison avec sursis et 3 ans de mise à l'épreuve, avec obligations de fixer sa résidence, d'exercer une activité professionnelle ou d'en chercher une et de se faire suivre au niveau psychologique ou psychiatrique. En outre, elle doit verser aux différentes victimes 50.000 euros de dommages-intérêts et 27.000 euros au titre des frais de justice engagés.

En l'état actuel de la jurisprudence, nuire à l'e-réputation d'une personne est lourdement sanctionné. Madame L.A a fait appel de cette décision, affaire à suivre...

Sources :
Plateforme dédiée à l'e-reputation de la Mairie de Paris
Brève
Legalis "E-réputation : 2 ans de prison, 3 ans de mise à l'épreuve et des dommages-intérêts"

© 2016 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :



-