Actualité : article de veille

Plus de 60 départements soumis à des restrictions d'eau

Le 27/07/2015, par Chloé Vialle, dans Public / Environnement.

Vos réactions...

   

Les limitations d'usage de l'eau lors d'épisodes de sécheresse : la portée du rôle des "arrêtés sécheresse".

Plan détaillé :

  1. Introduction
  2. Les bons gestes pour économiser l'eau

Introduction

Suite aux canicules, fortes chaleurs et sécheresse que la France a connu dans la première moitié du mois de juillet 2015, des restrictions d'eau concernent désormais une soixantaine de départements français !

Tous les départements des régions Pays de la Loire, Poitou-Charentes, Aquitaine, Centre, Bourgogne, Auvergne et la quasi-totalité de Rhône-Alpes sont soumis à ces restrictions.

Les mesures de restrictions sont décidées selon des critères bien établis, des seuils définis au niveau local par les préfets. Les "arrêtés sécheresse" ne peuvent être prescrits que pour :

  • une durée limitée ;
  • un périmètre déterminé ;
  • assurer l'exercice des usages prioritaires, plus particulièrement la santé, la sécurité civile, l'approvisionnement en eau potable et la préservation des écosystèmes aquatiques.

Les mesures de limitation des prélèvements varient selon le seuil d'alerte et sont destinées à s'adapter aux différents usagers :

  • seuil de vigilance : Le préfet se base sur le débit des cours d'eau pour déclencher le seuil de vigilance. Il incite les particuliers et les professionnels à des économies d'eau.
  • seuil d'alerte : Le préfet décide de premières mesures de limitation de l'usage de l'eau.
  • seuil d'alerte renforcée :Ce seuil doit permettre une limitation progressive des prélèvements en eau et le renforcement des mesures de limitation ou de suspension des usages si nécessaires, afin de ne pas atteindre le niveau de crise renforcée.
  • seuil de crise : Le seuil déclenché en cas de mise en péril de l'alimentation en eau potable, la santé, la salubrité publique, la sécurité civile et la survie des espèces présentes dans le milieu.

Est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la 5ème classe (jusqu'à 1.500 euros) le fait de contrevenir aux mesures de limitation ou de suspension provisoire des usages de l'eau prescrites par arrêtés.

Par exemple, en ce qui concerne les usages domestiques, il peut s'agir d'une simple sensibilisation, d'une limitation de plus en plus fortes des prélèvements pour l'arrosage des pelouses, des espaces verts, le lavage des voitures, le remplissage des piscines jusqu'à l'interdiction totale de ce type d'utilisation (hors usage eau potable bien entendu). Savez-vous que de simples solutions permettent d'économiser l'eau au domicile ?

En revanche, pour les agriculteurs ou les industriels, les restrictions ne sont pas les mêmes. Il peut s'agir d'une interdiction d'irriguer les cultures une fois à plusieurs jours par semaine ou à certaines heures jusqu'à l'interdiction totale de l'irrigation. Les industries peuvent être contraints de réduire progressivement leur activité, le recyclage de certaines eaux de nettoyage ou de modifier certains modes opératoires.

Depuis juin 2011, les préfets enregistrent leurs "arrêtés sécheresse" dans un outil du Ministère de l'Ecologie appelé Propluvia, pour d'avoir une vision précise en temps réel de la situation de la sécheresse à l'échelle infra-départementale.

Au total, la carte de France des arrêtés de sécheresse réalisée par Propluvia le 27 juillet 2015 recense 120 arrêtés en cours et 62 départements ayant une restriction au-delà de la vigilance : 30 sont classés en "crise" c'est-à-dire que seuls les prélèvements d'eau permettant d'assurer l'exercice des usages prioritaires sont autorisés (santé, sécurité civile, eau potable, salubrité).

Rappelons que la sécheresse augmente considérablement les risques d'incendies, qui se sont d'ailleurs multipliés au cours de ces derniers jours. Il convient de rester vigilants, et de renoncer à vos envies de feux de camps et barbecues sauvages !

Les bons gestes pour économiser l'eau

Des gestes simples permettent au quotidien d'économiser l'eau (équipements des robinets et douchettes en dispositifs hydro-économes, diminution des fuites dans les réseaux, récupération des eaux de pluie, achat d'appareils ménagers économes en eau, arrosage du jardin le soir, binage du potager, etc).

Ainsi, les particuliers sont invités à faire des économies d'eau et à réduire leur consommation : en prenant des douches à la place des bains, en installant des chasses d'eau double flux et des réducteurs de pression sur les robinets ou en réutilisant l'eau de pluie.

Des mesures d'économie d'eau sont également préconisées auprès des industriels : amélioration des modes opératoires pour les rendre plus économes en eau, utilisation de l'eau en circuit fermé, recyclage des eaux de nettoyage.

Enfin, les agriculteurs sont invités à limiter l'irrigation à la bonne dose au bon moment, afin de diminuer la consommation de 30%. Les économies d'eau dans ce secteur sont globalement encouragées : amélioration du matériel d'irrigation, changement de pratiques, choix de cultures moins consommatrices d'eau. Les légumineuses, racines et tubercules consomment beaucoup moins d'eau que le maïs qui demande une grande quantité d'eau à une période de l'année où la ressource est la moins abondante.

Source : Propulvia - Ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie

© 2015 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Commentaires et réactions :



-