Actualité juridique

Sensibilisation aux risques liés au plomb

Le 29/10/2015, par Chloé Vialle, dans Santé / Responsabilité Médicale.

Vos réactions...

   

Semaine d'action internationale pour la prévention de l'intoxication au plomb du 25 au 31 octobre 2015.

Le plomb est un métal lourd toxique pour l'Homme : quand il est ingéré, il peut provoquer de graves effets notamment sur le système nerveux central, mais également sur les globules rouges et le système digestif. Différentes sources de plomb peuvent être à l'origine d'une contamination ou d'une intoxication au plomb, notamment les peintures au plomb de l'habitat ancien (écailles et poussières), l'eau, l'alimentation et les particules du sol ou de poussières.

Malgré les mesures règlementaires visant à réduire les risques sanitaires liés au plomb, les sources d'intoxication restent encore trop présentes dans l'environnement. En effet, entre 200 à 300 nouveaux cas de saturnisme sont déclarés chaque année depuis 2007 chez les jeunes de moins de 18 ans.

A l'initiative de l'Alliance mondiale pour l'élimination des peintures au plomb et soutenue par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la Semaine d'action internationale pour la prévention de l'intoxication au plomb se déroule du 25 au 31 octobre 2015 (1).

En France, les mesures règlementaires en matière de plomb se renforcent au fil des années avec une prise de conscience et une évolution des connaissance des effets toxiques du plomb :

  • abaissement du seuil définissant le saturnisme : depuis les années 1970, le seuil d'intervention chez l'enfant a été régulièrement révisé à la baisse. En 2015, le taux de concentration en plomb dans le sang définissant le saturnisme chez l'enfant a été abaissé de 100 à 50 microgrammes par litre (1). Ce nouveau seuil permet de déclencher les procédures administratives d'urgence visant à supprimer l'exposition au plomb de l'enfant ;
  • mise en place du dépistage du saturnisme par dosage du plomb sanguin (plombémie) a été mis en place chez les enfants à risque ;
  • réhabilitation de l'habitat ancien ;
  • suppression des carburants plombés.

Ces mesures ont permis une diminution importante du nombre de cas de saturnisme sur la population générale. Selon une enquête menée par l'Institut de veille sanitaire (InVS) en 2008-2009, le nombre d'enfants de 1 à 6 ans ayant une plombémie supérieure ou égale à 100 μg/L (seuil définissant les cas de saturnisme) a été divisé par 20 en vingt ans.

Dans son rapport du 10 juillet 2014 (3), le Haut conseil de la santé publique préconise, suite à la réalisations de plusieurs études, une politique visant à la :

  • la réduction des expositions de tous les enfants au plus bas niveau possible ;
  • l'identification de moyens de gestion particuliers pour les plus exposés.

La Direction générale de la santé (DGS), l'Institut de veille sanitaire (InVS) et l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) rappellent que des gestes de prévention permettent d'éviter les intoxications au plomb, en particulier chez les jeunes enfants.

Fatigue, maux de tête, maux de ventre, manque d'attention, nervosité, anémie... peuvent être les premiers signes d'une intoxication par le plomb. Etes-vous en contact avec du plomb ?
>>> Parlez-en à votre médecin lors d'une consultation. Il peut vous prescrire un bilan sanguin pour mesurer la quantité de plomb dans votre sang.

Sources :
(1)
Ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes
(2) Arrêté du 8 juin 2015 modifiant le modèle de la fiche de notification figurant à l'annexe 27 de l'arrêté du 22 août 2011 relatif à la notification obligatoire des maladies infectieuses et autres maladies mentionnées à l'article D. 3113-7 du code de la santé publique
(3) Rapport du HCSP "Détermination de nouveaux objectifs de gestion des expositions au plomb" du 10 juillet 2014

© 2015 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Commentaires et réactions :



-