Actualité : en bref

Des brouilleurs de portables à l'école pour la rentrée scolaire 2016-2017 ?

Le 29/08/2016, par Carole Girard-Oppici, dans Technologies / Sécurité & Protection.

Vos réactions...

   

Pokémon GO ne fera pas que des heureux le jour de la rentrée scolaire : la parade aux portables dans les écoles, collèges et lycées pourrait être technologique.

Avec l'explosion des adeptes du jeu Pokémon GO cet été, un jeu en réalité augmentée qui consiste à chasser en ville via un smartphone ou tablette les quelque 151 Pokémons (personnages de Nintendo tels que Roucool, Salamèche, Carapuce, Pikachu, Bulbizarre et bien d'autres), le ministère de l'Education nationale pourrait bien réfléchir à l'installation de brouilleurs de téléphones portables dans les établissements d'enseignement à la rentrée scolaire 2016-2017, dans un souci d'ordre public et d'intérêt supérieur des enfants.

Cet équipement, capable d'empêcher les émissions et réceptions d'ondes GSM mobiles et wifi, bloque la réception du réseau dans un rayon désiré, soit l'équivalent de salles de classe ou encore d'un établissement. Il s'agit d'une parade très efficace contre les messages instantanés, le partage de photo, la lecture de vidéo sur Youtube ou encore les jeux.

Mais cela implique que ni les élèves, ni le personnel de l'éducation nationale ne puisse se servir de son portable au sein de l'établissement. Et c'est sans doute là, le principal frein !
De plus, il faudrait que le ministère possède une autorisation spéciale pour le faire. En effet, l'article L33-3-1 du code des postes et des communications interdit la détention et l'utilisation de tout dispositif destiné à rendre inopérants des appareils de communications électroniques de tous types, tant pour l'émission que pour la réception. Seuls sont autorisés en France à disposer et utiliser un brouilleur, l'armée, la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (services secrets), les prisons ou encore les salles de spectacles.

Pour autant, nombreux pourraient être alors les professeurs qui décident de leur propre initiative de s'équiper de ce petit appareil équivalent à la taille d'un rouge à lèvre ou d'un paquet de cigarette. Librement accessible sur internet et pour une soixantaine d'euros, ils sont ainsi certains d'avoir toute l'attention de leurs élèves pendant le cours, puisque la portée est généralement de 5 à 8 mètres une fois le brouilleur activé. Les élèves ne pourraient ainsi ni envoyer de sms, ni regarder des films, ni jouer sur leur smartphone en salle de classe.

Légalement, cela est interdit ! En effet, cette utilisation dans ce cadre, n'est pas autorisée par la loi et même passible d'une amende de 30.000 euros et 6 mois d'emprisonnement, prévue par l'article L39-1 du Code des postes et communications électroniques.

Quant au risque encouru, il semble bien faible à en croire les échanges de certains sur les forums de discussion. La preuve de la détention d'un tel appareil dans ses effets personnels (sac à main, veste, casier, cartable...) et son usage étant très difficile à rapporter si l'enseignant refuse la fouille demandée par le chef d'établissement.

Professeur, vous souhaitez avoir un complément de salaire en donnant des cours particuliers avec Bordas Soutien Scolaire ?
Vous pouvez vous inscrire dès maintenant. Votre adhésion est gratuite et ne crée aucune obligation.

© 2016 Net-iris

   

Inscription JuriTravail Avocats

Commentaires et réactions :



-