Jurisprudence commentée

Prise en charge des victimes de l'amiante et taux de cotisation AT/MP

Le 15/07/2013, par La Rédaction de Net-iris, dans Social / Protection Sociale.

Vos réactions...

   

Imputation des dépenses afférentes à la prise en charge d'une MP au compte employeur de la société pour la détermination du taux AT/MP.

Selon un Arrêt de rejet de la Cour de cassation rendu le 12/07/2013, les travailleurs de l'amiante bénéficient d'un régime de protection sociale adapté lorsqu'ils développent une maladie professionnelle. Le taux de cotisation accident du travail et maladie professionnelle applicable à l'entreprise augmente en cas de déclaration d'une maladie professionnelle chez un des salariés. La Cour de cassation réunit en Assemblée plénière considère que si la condition d'antériorité de l'exposition à l'amiante n'est pas rapportée, alors la caisse d'assurance maladie peut imputer les dépenses qui sont afférentes à la prise en charge de l'assuré, au compte employeur pour la détermination du taux de ses cotisations dues au titre des accidents du travail.

Analyse de la décision disponible sur abonnement

Analyse de 487 Mots.

Arrêt de la Cour de cassation, Ass plen, rendu le 12/07/2013, rejet (11-18735)

Sur le moyen unique :

Attendu, selon l'arrêt attaqué (Cour nationale de l'incapacité et de la tarification de l'assurance des accidents du travail, 31 mars 2011), rendu sur renvoi après cassation (2e Civ., 6 mai 2010, pourvoi n° 09-12643), que Jean-François X..., salarié de la société Dassault Falcon service (la société) a, le 2 mai 2005, sollicité la prise en charge, au titre du tableau n°30 bis des maladies professionnelles, d'un cancer broncho-pulmonaire primitif, ayant fait l'objet d'une première constatation médicale le 15 décembre 2004, affection dont il est ensuite décédé ; que cette demande ayant été accueillie par la caisse primaire d'assurance maladie de la Seine-Saint-Denis, la caisse régionale d'assurance maladie d'Ile-de-France a entendu imputer les dépenses y afférentes au compte employeur de la société pour la détermination du taux de ses cotisations dues au titre des accidents du travail ; que la société a saisi d'un recours la Cour nationale de l'incapacité et de la tarification de l'assurance des accidents du travail ;

Attendu que la société fait grief à l'arrêt de rejeter son recours, alors, selon le moyen, que la prise en charge d'un cancer broncho-pulmonaire primitif au titre du tableau n°30 bis, seul applicable en l'espèce, répond à des conditions distinctes de celles retenues par le tableau n°30 E antérieurement applicable ; qu'en retenant, pour juger que les dépenses engagées par la caisse ne devaient pas être inscrites au compte spécial, sur la circonstance que la maladie avait été inscrite initialement au tableau n°30 depuis 1985 et que le tableau n°30 bis n'était pas un nouveau tableau développant les conditions administratives d'une nouvelle maladie mais une scission du tableau n°30, la Cour nationale de l'incapacité et de la tarification de l'assurance des accidents du travail a violé les articles D242-6-3 du code de la sécurité sociale, 2, 2° de l'arrêté du 16 octobre 1995, ensemble le décret n°96-445 du 22 mai 1996 ;

Mais attendu que le cancer broncho-pulmonaire primitif constitue l'une des maladies, résultant des poussières d'amiante, incluses dans le tableau n°30, instauré par le décret (n°85-630) du 19 juin 1985, dont l'annulation partielle, tirée de l'abrogation de la présomption d'imputabilité, n'a pas eu pour effet de retirer cette maladie dudit tableau ; qu'ayant relevé que Jean-François X... avait été exposé à l'amiante jusqu'en 1992, donc postérieurement à l'entrée en vigueur de ce décret, la Cour nationale en a exactement déduit que faisait défaut la condition d'exclusive antériorité de l'exposition, nécessaire à l'inscription au compte spécial, quel que soit le tableau qui, applicable au moment de la déclaration de ladite maladie, en l'occurrence le tableau n°30 bis, régissait les conditions de sa reconnaissance ;

D'où il suit que le moyen n'est pas fondé ;

Par ces motifs : Rejette le pourvoi ;

M. Lamanda, Président

© 2013 Net-iris

   

Commentaires et réactions :