Actualité juridique

Les pratiques salariales évoluent et les employeurs recourent plus facilement aux primes

Le 17/09/2007 par La Rédaction de Net-iris, dans Social / Droits Collectifs.

Vos réactions...


Il semble que les pratiques salariales, quelle que soit la taille de l'entreprise, évoluent vers davantage de diversification de la rémunération et de rendement attendu par l'employeur. En effet, selon une étude de la Dares, depuis quelques années les augmentations de rémunération font plus fréquemment appel aux primes plutôt qu'à des hausses de salaire de base.
La moitié des établissements de 20 salariés ou plus en 2004-2005 avaient recours aux primes (prime d'objectif, de performance, de présence, prime de week-end, etc.). Le plus souvent il s'agissait de primes de performance collective, ce qui témoigne de la volonté des employeur à rémunérer le travail en fonction des résultats obtenus par l'entreprise dans son ensemble.
Par contre, en fonction de catégorie sociaux professionnelle, des tendances se développent. Ainsi, les pratiques salariales individualisées restent plus fréquemment utilisées pour les cadres. De plus, elles représentent une part de plus en plus importante de leur rémunération.
L'individualisation de la prime qui consiste à lier une partie de la rémunération aux résultats obtenus par le salarié, est dans 50% des cas plus motivante pour le salarié et plus juste par rapport à son investissement personnel. Mais, poussée à l'extrême, il s'avère que cette pratique va à l'encontre des intérêts de cohésion de l'entreprise puisqu'elle fait naître des rivalités entre les salariés (16% des cas).
Au final, la revalorisation mixte, panachant augmentation individuelles et collectives, semblent constituer la pratique la plus stable, puisque 80% des entreprises l'ayant adoptée, que ce soit pour les cadres ou les non-cadres, l'ont conservée.
En outre, on constate que la pratique des entretiens d'évaluation se développe puisque plus de 70% des établissements de 20 salariés ou plus y recourent désormais.

© 2007 Net-iris

Commentaires et réactions :