Actualité juridique

Les propositions du Groupe 4 du Grenelle pour adapter les modes de production et de consommation à la protection de l'environnement

Le 28/09/2007 par La Rédaction de Net-iris, dans Public / Environnement.

Vos réactions...


Le Groupe 4 du Grenelle de l'environnement juge indispensable d'adopter des modes de production et de consommation durables que ce soit dans le domaine de l'agriculture, de l'agro-alimentaire, de la pêche, la distribution, la forêt, ou encore les usages durables des territoires. Conscient que cette adaptation nécessite du temps, des actions peuvent cependant être prises rapidement et des objectifs fixés, comme celui d'aboutir à une agriculture 100% durable (50% dès 2012 grâce à l'octroi d'un bonus à l'installation, réorientation et formation des agriculteurs vers des modes d'agriculture durable, etc.).
En 2008, l'adoption de prescriptions environnement dans les labels administrés (hors BIO et AB) permettrait d'atteindre 10% de produits à haute valeur environnementale (HVE) en 2013, ce qui serait déjà un bon début. S'agissant du bio, le seuil de 20% de produits biologiques en France en 2020 est réalisable, de même que la présence de 20% de produits dans la restauration collective en 2012.
Les participants au Grenelle estiment que d'ici 5 ans, il est possible de mettre en place des actions permettant d'obtenir de fortes améliorations des itinéraires et systèmes connus. A long terme (10 à 15 ans), des programmes de recherche et de formation continue et initiale permettant de diversifier les systèmes agricoles, doivent être envisagés.
Alors que la France est la première consommatrice européenne de pesticides, le Groupe 4 souhaite rapidement réduire les pollutions diffuses, avec l'élaboration d'une liste des substances interdites, pour certaines à compter de 2008, et pour d'autres en 2010 et 2012 en fonction des capacités du substitution disponibles. La hausse du montant de la redevance pour pollutions diffuses fixé dans la loi sur l'eau, est par ailleurs évoquée, de même que l'instauration d'une redevance sur les engrais chimiques, perçue au niveau du distributeur.

© 2007 Net-iris

Commentaires et réactions :