Actualité juridique

Les propositions de réformes 2008 pour augmenter le pouvoir d'achat des français

Le 30/11/2007 par La Rédaction de Net-iris, dans Civil / Consommation.

Vos réactions...


Lors de son intervention télévisée du 29 novembre dernier, le chef de l'Etat a tenu à rassurer les français sur le fait que son Gouvernement avait déjà pris plusieurs mesures pour augmenter le pourvoir d'achat (loi TEPA sur les HS, projet de loi Chatel, négociation avec les pétroliers, négociation avec Bruxelles sur la baisse de la TVA, etc.) et qu'il continuerait à le faire en 2008, mais que cette amélioration ne pouvait pas être mesurable immédiatement pour les ménages.
Soulignant que "les Français ne s'attendent pas à ce que je distribue des cadeaux de Noël, alors qu'il n'y a pas d'argent dans les caisses" de l'Etat, Nicolas Sarkozy a présenté succinctement les mesures qu'il mettra en place en 2008, avec François Fillon, dont certaines dès le début de l'année.
Ayant largement insisté sur le fait que l'Etat français aidera davantage ceux qui veulent s'en sortir, effectuer une formation qualifiante, trouver un emploi, Nicolas Sarkozy a proposé que les salariés, dans le secteur privé comme dans le secteur public, qui accumulent les RTT et ne savent plus quoi en faire ou bien ne peuvent pas les prendre (comme par exemple dans la fonction publique hospitalière), puissent les transformer en argent, ce qui représentera environ "5 milliards d'euros de pouvoir d'achat en plus".
Dans les petites entreprises où il n'existe pas de régime de participation, il souhaite autoriser l'octroi d'une prime de fin d'année exonérée de charges sociales (sans doute sur un modèle comparable à la prime exceptionnelle de 1.000 euros instituée en 2006).
Ensuite, il permettra aux entreprises, de négocier individuellement avec les partenaires sociaux des accords d'entreprises permettant de déroger aux 35 heures, contre une hausse significative de leur rémunération.
S'agissant du travail dominical, le chef de l'Etat souhaite qu'il soit mieux rémunéré, tout en soulignant son attachement à l'élargissement des possibilités de travailler le dimanche, à condition que les salariés soient "payés le double" et sur la base du "volontariat".
Concernant le secteur de la grande distribution, le chef de l'Etat a clairement exprimé sa volonté de tout remettre à plat, car le système actuel "ne fonctionne plus" (les producteurs, maraichers, pêcheurs, agriculteurs sont à bout de souffle, les marchandises font des milliers de km pour arriver sur nos étales, les consommateurs ne peuvent plus s'alimenter correctement).
S'agissant du logement, tout en rappelant que le loi TEPA prévoit un dispositif incitatif d'accession à la propriété, Nicolas Sarkozy a annoncé la prochaine amélioration de l'indice de révision des loyers. Actuellement, cet indice qui sert à la révision des prix des loyers, est composé de l'indice du coût de la construction (à hauteur de 20%), de l'indice des prix à la consommation (60%) et de l'indice des prix d'entretien et d'amélioration (20%), afin de prendre en compte le coût de rénovation et d'entretien des logements et de préserver le pouvoir d'achat des consommateurs en introduisant l'inflation. Le chef de l'Etat propose qu'il soit désormais indexé sur les prix et non plus sur l'évolution des matières premières (coût de la construction). Il a par ailleurs annoncé que les cautions exigées par les propriétaires soient ramenées à un mois de loyer (au lieu de 2 mois) et souhaité une "mutualisation publique" des risques locatifs pour remplacer l'actuelle caution.
Au final et comme il l'avait depuis longtemps indiqué, Nicolas Sarkozy estime que l'amélioration de l'économie française et du pouvoir d'achat des ménages va de pair, et nécessite plus que jamais, que les français travaillent davantage et plus longtemps (dixit la réforme des régimes spéciaux).

© 2007 Net-iris

Commentaires et réactions :