Actualité juridique

Des projets pour augmenter la consommation de fruits et légumes en France

Le 04/12/2007 par La Rédaction de Net-iris, dans Civil / Consommation.

Vos réactions...


Alors que la filière fruits et légumes est particulièrement touchée par la concurrence et souffre de la dominance des centrales d'achat, Michel Barnier, le ministre de l'agriculture et de la pêche, a décidé de réunir l'ensemble des professionnels de la filière "afin d'étudier les différentes actions possibles pour augmenter la consommation de fruits et légumes" en France.
Alors qu'une étude de l'INRA révèle que la consommation de fruits et légumes est insuffisante en France par rapport aux recommandations du Plan national nutrition santé (PNNS), à savoir qu'il faut manger au moins 5 fruits et légumes par jour pour être en bonne santé (correspondant à 400g), le Ministre souhaite remédier à la situation, peut-on lire dans un communiqué du Ministère.
En effet, les français ne consomment en moyenne que 350 grammes de fruits et légumes par jour, et le déficit est particulièrement important pour les jeunes et pour les personnes de milieux défavorisés, ce qui constitue aux yeux de Michel Barnier "une injustice alimentaire" à laquelle il faut trouver une solution.
Aussi, le ministère s'engage à organiser la distribution à la rentrée 2008 de fruits dans les écoles maternelles et primaires, afin de rééquilibrer l'égalité chez les enfants. A ce sujet, un cahier des charges sera rédigé d'ici fin janvier 2008 pour lancement d'un appel à projet auprès des communes intéressées. En outre, il est prévu d'expérimenter, là aussi à la rentrée 2008, la mise en place de distributeurs automatiques de fruits et légumes dans des lycées agricoles. Enfin, il est proposé de mettre en place une charte de promotion des fruits et légumes de saison et de proximité (ce qui participe à la lutte contre le transport sur longue distance des marchandises et valorise les productions locales).
Dans le même temps, Michel Barnier va consacrer 2 millions d'euros au financement de divers projets d'amélioration de l'accessibilité des fruits et légumes portés par les professionnels, et le projet de loi Chatel en cours d'examen par le Parlement, permettra de réduire les marges arrières de la grande distribution, de sorte que le prix payé au producteur lui permette de rentrer dans ses frais et de vivre, tout en diminuant aussi le prix proposé au consommateur final.

© 2007 Net-iris

Commentaires et réactions :