Actualité juridique

Un testing révèle l'ampleur de la discrimination à l'embauche fondée sur l'origine

Le 06/02/2008 par La Rédaction de Net-iris, dans Social / Droit du Travail.

Vos réactions...


Un testing réalisé en 2006 sous la supervision du BIT dans six grandes villes françaises révèle, que lorsque les employeurs ont exprimé un choix sur un ou plusieurs candidats, ils ont favorisé près de quatre fois sur cinq le candidat évoquant une origine hexagonale ancienne alors que le candidat évoquant une origine maghrébine ou noire africaine présentait rigoureusement les mêmes compétences.
Bien que la discrimination soit élevée dans l'ensemble des principaux domaines professionnels testés, elle apparaît encore plus forte à l'encontre des candidats d'origine apparente noire africaine qu'à l'encontre des candidats d'origine apparente maghrébine.
Cette discrimination s'opère dès la réception des lettres de candidatures. Les jeunes d'origine maghrébine ou noire africaine sont écartés beaucoup plus souvent que les autres, dès la prise de contact, les différences de traitement pouvant prendre la forme de refus notifiés ou de mises en attente plus sournoises, indique l'étude rapportée par la Dares.
Les taux nets cumulés de discrimination oscillent entre 46 et 55% que ce soit dans l'hôtellerie-restauration, dans le commerce, le BTP, ou encore les transports. La discrimination est plus forte entre les hommes, ainsi qu'à l'encontre des françaises d'origine apparente noire africaine.
Rappelons que le testing à l'embauche ou test de discrimination à l'embauche est une expérience qui permet d'étudier le comportement effectif de l'employeur sur le marché du travail, alors qu'il se trouve en présence de candidats dont le profil est comparable et qui ne différent entre eux que par un critère de discrimination prohibé. En France, les discriminations à l'embauche fondées sur les origines sont prohibées par les articles 225-1 et 225-2 du code pénal et sanctionnées de 3 ans d'emprisonnement et de 45.000 euros d'amende.
Depuis mars 2007, la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde), qui est parvenue aux mêmes conclusion que l'étude rapportée par la Dares, met à la disposition des employeurs et des intermédiaires de l'emploi, un guide comportant une série de recommandations afin de prévenir toute discrimination à l'embauche et de promouvoir l'égalité (actualité du 16/03/07).

© 2008 Net-iris

Commentaires et réactions :