Actualité juridique

Mise à disposition des premiers tests salivaires de dépistage de drogues au volant

Le 02/07/2008 par La Rédaction de Net-iris, dans Public / Transport.

Vos réactions...


Après avoir été évalué sur le terrain, le test salivaire de dépistage de la prise de stupéfiants au volant (tels que le cannabis, les amphétamines, l'ecstasy, l'opium ou encore la cocaïne) va être distribué aux forces de l'ordre dans les prochaines semaines, indique le ministre de l'Intérieur au Figaro.
En effet, l'expérimentation qui a eu lieu du 15 juin et jusqu'au 15 septembre de l'année dernière, s'est avérée concluante. Elle a permis de vérifier l'efficacité et la fiabilité des modèles de kits salivaires proposés par les fabricants.
Le test retenu est celui qui comporte deux languettes qu'il faut frotter sur la langue. Elles sont mises ensuite dans une boîte où une réaction chimique se produit. En quelques minutes, les forces de l'ordre savent si l'individu a récemment consommé des stupéfiants mais également ceux qu'il a consommés. En cas de réaction positive, ce test sera complété par une prise de sang effectuée en milieu médical. Contrairement au test urinaire, le test salivaire ne sera pas positif si la consommation remonte à plus de 24 heures (actualité du 18/06/07), puisque selon des expertises, c'est la consommation de stupéfiants dans les heures qui précèdent la conduite automobile qui serait à l'origine de 15% des accidents graves de la route et impliquée dans un quart des accidents dans les villes, au cours des nuits de week-end.
Notons que le projet de loi d'orientation pour la sécurité intérieure, qui sera présenté au Parlement à l'automne prochain, prévoit la confiscation obligatoire du véhicule pour les conducteurs en situation de récidive de grand excès de vitesse, de conduite sous l'emprise de l'alcool ou de drogue, et pour ceux qui roulent sans permis. On apprend également que le projet de loi contiendra une disposition visant à permettre au juge d'imposer à un automobiliste en état d'ébriété d'installer un éthylotest antidémarrage dans son véhicule.

© 2008 Net-iris

Commentaires et réactions :