Actualité juridique

Les stages de moins de 2 mois devraient au moins prévoir la prise en charge des frais de défraiement

Le 29/04/2009 par La Rédaction de Net-iris, dans Social / Droit du Travail.

Vos réactions...


Lors de la présentation du plan d'action "emploi des jeunes", le Président de la République a annoncé que tout stage de plus de 2 mois sera rémunéré par une gratification d'au moins 30% du SMIC et que cette règle s'appliquera aussi dans la Fonction publique. En outre, l'Etat versera une aide exceptionnelle de 3.000 euros à l'embauche en contrat à durée indéterminée des jeunes stagiaires qui étaient en stage avant le 1er mai 2009 dès lors que l'embauche est réalisée avant la fin septembre 2009. L'aide sera versée en deux fois : 1.500 euros au moment de l'embauche et 1.500 euros au bout de 6 mois.

Devant le comité STAPRO (Comité des stages et de la professionnalisation des cursus universitaires), Martin Hirsch a expliqué que l'évolution des règles de gratification des stages en entreprise devra conduire à l'adoption d'une disposition législative, et que le décret permettant le versement de l'aide à l'embauche des stagiaires sera publié avant la fin du mois de mai, peut-on lire dans un communiqué du Ministère de la fonction publique.

En outre, il a confirmé que dans la fonction publique, pour les stages de moins de 2 mois, l'étudiant bénéficiera à la prise en charge de ses frais "de défraiement et de facilités" tels que l'accès aux restaurants administratifs.
Pour les stages de plus de 2 mois consistant "pour l'essentiel à observer le fonctionnement d'un service, réaliser des comptes-rendus de réunion ou des travaux ponctuels dans une optique de découverte des diverses facettes de l'activité du service d'accueil", l'étudiant recevra une gratification au moins égale à 30% du SMIC, a assuré Martin Hirsch.

L'ambition du Gouvernement, est d'harmoniser le statut des stages professionnels de courte durée dans le secteur public comme dans le secteur privé.

© 2009 Net-iris

Pour approfondir ce sujet :

 Information de veille juridique


Commentaires et réactions :