Actualité : article de veille

Le Gouvernement adopte 10 orientations suite de la table ronde sur les radiofréquences

Le 26/05/2009 par La Rédaction de Net-iris, dans Technologies / Sécurité & Protection.

Vos réactions...


A l'issu de la table ronde sur les radiofréquences (antennes relais, téléphones portables, wifi, etc.), et bien qu'aucune décision formelle d'interdiction d'implantation ou limitant la portée des émissions n'ait été prise, le Gouvernement a néanmoins décidé, d'une part, de confier à l'AFSSET une mission d'étude et d'évaluation de l'impact des radiofréquences émises par les antennes relais sur l'homme et son environnement, et d'autre part, d'adopter une dizaine de recommandations, basées en partie sur le principe de précaution.

"Pour disposer d'une vision claire sur les connaissances scientifiques actuellement disponibles, des travaux sont conduits par l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset) selon la méthodologie rigoureuse de l'expertise scientifique. Cette agence rendra un avis, attendu en septembre 2009, qui permettra d'éclairer la conduite des politiques publiques et d'informer nos concitoyens", ont expliqué Nathalie Kosciusko-Morizet et Roselyne Bachelot.

En effet, si les intervenants ne sont parvenus ni à démontrer l'innocuité des radiofréquences, ni à prouver leurs effets nocifs sur la santé. Et pourtant, ces antennes sont souvent associées à des troubles anormaux de voisinage, des phénomènes d'anxiété chez les habitants proches de ces antennes, voire même parfois de pathologies (douleurs, maux de tête, fatigue, etc.).

Aussi, le Gouvernement s'est engagé sur plusieurs points importants, comme le fait d'informer les consommateurs des dangers d'un usage prolongé du téléphone mobile (ex : échauffement d'une partie du cerveau) ; mais aussi la publication d'un décret qui rendra obligatoire l'affichage du débit d'absorption spécifique (DAS) des téléphones portables ; ou encore l'obligation pour les employeurs, d'informer leurs employés sur l'usage du mobile, et de leur fournir un kit oreillette en accompagnement d'un téléphone mobile.

Il a été décidé de :

  • délivrer une information pertinente au grand public :
    - un portail internet interministériel "Radiofréquences, santé, environnement", permettant d'accéder à l'ensemble des ressources documentaires disponibles et au compte-rendu intégral des débats de la table ronde sera ouvert ;
    - un guide d'information abordant plus largement le sujet des ondes électromagnétiques, en cours de finalisation, sera mis à disposition du public ;
    - une campagne d'information sur l'ensemble des sujets couverts par la table-ronde sera organisée après la remise de l'avis de l'Afsset ;
  • fournir une information ciblée en direction des élus locaux et des professionnels de santé :
    - l'ensemble des informations pour répondre notamment aux attentes de leurs administrés sera mise à disposition des élus locaux ;
    - des informations, aussi bien pour répondre aux questions des patients sur leur santé que pour prendre en charge les personnes hypersensibles, seront mises à disposition des professionnels de santé ;
  • d'assurer une prise en charge adaptée pour les personnes hypersensibles :
    - la collaboration avec les équipes de l'hôpital Cochin dans la perspective d'élaborer un protocole d'accueil et de prise en charge de ces patients sera poursuivie ;
    - la recherche sur les causes de ces symptômes sera soutenue.
  • mettre en oeuvre une démarche de précaution pour les citoyens :
    - une notice concernant l'usage raisonné du téléphone mobile et émanant des autorités sanitaires, sera obligatoirement remise lors de l'achat d'un téléphone mobile ;
    - un décret, en cours de concertation, rendra obligatoire l'affichage du débit d'absorption spécifique (DAS) des téléphones portables communiqué de façon compréhensible et lisible sur les points de vente ;
    - l'ensemble des opérateurs s'engageront à proposer une offre "SMS exclusive", sans service "voix" ;
    - en accord avec les fabricants de téléphones mobiles, la mise au point de téléphones mobiles rendant l'usage de l'oreillette indispensable, c'est-à-dire ne comportant pas de haut-parleur, sera encouragée ;
    - l'usage des téléphones par les enfants dans l'enceinte des écoles primaires sera interdit ;
    - les employeurs devront informer leurs employés devant faire un usage intensif du téléphone mobile pour des raisons professionnelles, sur l'usage du mobile et fournir un kit oreillette en accompagnement d'un téléphone mobile ;
    - ceci venant compléter le dispositif prévu par le projet de loi de transition environnementale, dit Grenelle 2 : interdiction de la publicité en direction des moins de 12 ans, obligation de fournir un kit "mains libres", possibilité pour le ministre chargé de la santé d'interdire tout terminal radioélectrique destiné aux enfants de moins de 6 ans.
  • organiser un suivi raisonné des seuils d'exposition :
    - des modélisations et, le cas échéant, des expérimentations des conséquences d'une modification des différents référentiels de seuils seront conduites afin d'en évaluer l'impact sur la couverture du territoire, la qualité du service, le nombre d'antennes ;
    - la mise en oeuvre des meilleures techniques disponibles pour la réduction de l'exposition, avec si possible la définition d'une valeur "cible" au sein des lieux de vie et de travail, harmonisée au niveau communautaire, sera encouragée ;
    - en revanche, en l'état actuel des connaissances, une révision des seuils réglementaires n'est pas justifiée d'un point de vue sanitaire.
  • mettre en place d'un dispositif de contrôle des expositions rénové :
    - un protocole de mesure modifié et plus lisible, sera élaboré par l'Agence nationale des fréquences (ANFr) à la suite d'une concertation avec l'ensemble des parties, et conformément aux évolutions européennes ;
    - le protocole de mesure modifié conformément aux évolutions européennes, élaboré par l'Agence nationale des fréquences (ANFr) à la suite d'une concertation avec l'ensemble des parties, sera mis en place ;
    - la possibilité d'une modification du financement des contrôles d'exposition par la création d'une redevance due par les opérateurs, afin de mettre fin au financement direct des contrôles, sera étudiée ;
    - le marché des organismes en charge du contrôle sera ouvert ;
    - les missions de l'ANFr seront renforcées afin d'en faire une véritable "agence de sécurité des fréquences". Elle sera d'une part, habilitée à faire tout contrôle ou tout type de mesures, en direct, ou à en déléguer la réalisation auprès d'organismes agréés, avec un mécanisme d'accréditation rénové, à la demande des opérateurs, des citoyens ou des élus ; et d'uatre part, habilitée à proposer des solutions d'ingénierie de réseaux, dans le cadre de procédures de conciliation ou d'élaboration des plans prévisionnels locaux d'implantation des stations radioélectriques.
  • d'offrir une possibilité de contrôle individuel des expositions :
    - l'accès aux contrôles sera facilité : la possibilité pour les citoyens de faire mesurer le niveau d'exposition au sein des lieux de vie ou de travail sera étudiée de même que possibilité de mise en place de bornes publiques de mesure en continu du champ électro- magnétique.
  • organiser une triple expérimentation d'ici l'automne sur la concertation et l'information locale :
    - un nouveau dossier type à transmettre systématiquement par les opérateurs aux maires au moins 3 mois avant le début de travaux d'implantation d'une antenne, sera élaboré. Proposé par les opérateurs, ce dossier type, validé par l'ANFr, comporte a minima : motivation, localisation précise des installations, dispositions d'intégration paysagère, mesures d'impact ;
    - ce dossier sera accessible au public ;
    - expérimentations de schémas prévisionnels de déploiement élaboré au niveau des agglomérations de communes et validé par le Préfet, d'implication des autorités publiques compétentes dans des concertations, de mises à disposition de sondes large bande, d'appareils de mesures en continu sur 24h, de concertations départementales, de mesures avant-après ;
    - constitution d'une boite à outil de bonnes pratiques d'information locale.
  • d'assurer un financement de la recherche rénové :
    - un financement de la recherche par une redevance permettant de maintenir l'effort assumé par les opérateurs, tout en mettant un terme aux controverses liées au mode de financement actuel. sera mis en place.
  • et de prolonger la table ronde :
    - un comité sera mis en place d'ici la publication du rapport de l'Afsset pour assurer le suivi de la mise en oeuvre de ces actions.

© 2009 Net-iris

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :