Actualité juridique

Poursuite de la mise en oeuvre du plan de vaccination contre la grippe A/H1-N1 et premier bilan

Le 30/11/2009 par La Rédaction de Net-iris, dans Santé / Responsabilité Médicale.

Vos réactions...


Après les femmes enceintes, les nourrissons âgés de 6 à 24 mois, les personnes présentant des troubles de la coagulation et celles qui souffrent de dysfonctionnement immunitaire, c'est au tour des élèves de maternelle et du primaire et des personnes de plus de 65 ans souffrant d'affection longue durée, de se faire vacciner contre la grippe A. La campagne de vaccination se poursuit alors que le nombre de cas de malade ne cesse de croître ces deux dernières semaines. L'apparition de formes graves de complications liées au virus - mais en petits nombres - incite les pouvoirs public à ouvrir de nouveaux centres de vaccination et à élargir les plages horaire d'ouverture afin de répondre à la demande de la population, peut-on lire dans le communiqué de presse du ministère de la santé.

A ce jour, deux vaccins ont démontré leur efficacité en matière de protection contre le virus A(H1N1) qui circule actuellement et leur sécurité d'emploi, sur les 5 millions de doses de vaccins avec adjuvant qui ont déjà été utilisés en Europe à la date du 20 novembre. Il s'agit du Pandemrix et du Panenza.
Au total en France, plus d'un million de personnes ont été vaccinées depuis le début de la campagne, indique le ministère de la Santé.

"Le Pandemrix, vaccin dont les stocks sont les plus importants, continuera à être utilisé de façon préférentielle", prévient Roselyne Bachelot. "Et le Panenza sera réservé aux populations pour lesquelles une recommandation a été définie par le HCSP", ajoute t-elle.
"Dès qu'il sera disponible en quantité plus importante (dans les premiers jours de décembre), il sera en outre utilisé pour la vaccination des enfants de moins de 10 ans. En effet, l'utilisation de Panenza diminue le risque de douleur au point d'injection, ce qui est important pour les jeunes enfants", précise le ministère.

S'agissant des enfants qui ont reçu une première injection de Pandemrix, vaccin avec adjuvant, parce qu'ils étaient prioritaires pour la vaccination dans les premières populations appelées, ils devront "impérativement recevoir une deuxième injection de Pandemrix".

© 2009 Net-iris

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :