Actualité juridique

Le ministère de l'Ecologie programme le développement des modes de production d'énergie écologique

Le 17/12/2009 par La Rédaction de Net-iris, dans Public / Environnement.

Vos réactions...


Que ce soit en terme de respect des engagements internationaux ou d'application des conclusions du Grenelle de l'environnement, le ministère de l'Ecologie entend accorder une priorité au développement des énergies renouvelables, qui devraient progresser de 50% d'ici 2012 et de 120% d'ici 2020. A cette échéance, les énergies renouvelables devront représenter 23% de la production globale d'énergie, peut-on lire dans un communiqué du ministère.

Selon Jean-Louis Borloo, le ministre de l'Ecologie la nouvelle feuille de route en matière de production d'énergie est une nécessité si la France entend respecter ses engagements en terme de réduction des gaz à effet de serre.

"La nouvelle programmation pluriannuelle des investissements (PPI) de production d'électricité confirme les objectifs du Grenelle Environnement en termes de développement de l'énergie solaire photovoltaïque, de la cogénération à partir de biomasse, de l'éolien à terre et en mer, et des autres énergies marines", a-t-il expliqué.

Les objectifs tiennent compte des impératifs de préservation des cours d'eau et de la biodiversité, mais aussi de la fermeture d'ici 2015 de plus de la moitié des centrales à charbon et leur remplacement par des centrales à gaz moins polluants. Notons que le Gouvernement a également fait le choix de n'autoriser "aucune nouvelle centrale à charbon (...) sans mise en place d'une chaîne complète de captage, transport et stockage du CO2".
Au final, l'Etat espère réduire les émissions de gaz à effet de serre du parc thermique centralisé français de 2/3 d'ici 2020.

Notons qu'il est également prévu de doubler le nombre de logements raccordés à un réseau de chaleur et d'incorporer les énergies renouvelables (biomasse, géothermie, etc.) dans ces réseaux. L'objectif est d'aboutir à l'équipement de 2 millions de logements en pompes à chaleur et plus de 4 millions en chauffe-eau solaires.

"Cette nouvelle feuille de route en matière de production d'énergie tient compte des économies d'énergie qui seront réalisées par la France grâce au Grenelle Environnement. La consommation d'énergie finale devrait, pour la première fois de façon durable, décroître et représenter, selon les estimations, 167 Mtep en 2020, contre 177 Mtep aujourd'hui. L'économie réalisée par rapport à un scénario tendanciel sans Grenelle Environnement (202 Mtep en 2020) représente 35 Mtep, soit l'équivalent de 40 % de la consommation annuelle de produits pétroliers de la France. Il s'agit là d'une véritable rupture, sans précédent dans l'ère industrielle", explique Jean-Louis Borloo.

© 2009 Net-iris

Commentaires et réactions :