Actualité juridique

Santé et travail ne feraient pas toujours bon ménage !

Le 12/05/2010 par La Rédaction de Net-iris, dans Social / Droit du Travail.

Vos réactions...


Lors de la présentation au Conseil d'orientation des conditions de travail, des axes majeurs de la politique du Gouvernement pour les prochaines années en matière de santé au travail, le ministre Eric Woerth a présenté le bilan des conditions de travail de l'année 2009 ; De ce document, il ressort une aggravation du nombre des accidents et des maladies d'origine professionnelle. Plus de deux salariés seraient décédés par jour en 2008, du fait d'un accident du travail, d'une maladie professionnelle, sans compter les cas de suicides liés au travail.

En 2008, 425 salariés du privés (contre 420 en 2007) sont décédés du fait d'une maladie professionnelle et 569 autres salariés sont décédés des suites d'un accident du travail (contre 622 décès en 2007). Près de 704.000 accidents du travail ont été déclarés. Toutefois les accidents graves ont reculé de 5,1% sur un an.
Les secteurs les plus exposés aux accidents du travail restent comme en 2007, le bâtiment, le travail temporaire, le bois et l'ameublement, et l'alimentation. Concernant les maladies professionnelles, elles sont principalement liées à des affections périarticulaires, affections chroniques du rachis lombaire, au bruit, à l'amiante, aux lésions chroniques du ménisque, et à la silice.
Ces chiffres témoignent selon le ministère du Travail, d'une "augmentation très inquiétante" du risque santé au travail, qui nécessite d'améliorer les conditions de travail.

Le projet du second Plan Santé au travail 2010-2014 sera donc consacré à la prévention de "l'usure prématurée" due au travail, à la lutte contre "la dégradation de la santé" au travail et à la lutte contre "les départs précoces". Il se fixe pour objectif de diminuer de 25%, les accidents du travail et d'inverser la croissance ininterrompue depuis 10 ans du nombre de cas de maladies professionnelles.

Dans le cadre de ce plan d'actions, il est prévu de :

  • développer la production de la recherche et de la connaissance, notamment avec l'aide des médecins du Travail
  • développer les actions de prévention des risques professionnels, en particulier des risques psycho-sociaux, du risque chimique, notamment cancérigènes, mutagènes ou reprotoxiques et neurotoxiques, et des troubles musculo-squelettiques (les membres du CHSCT seront associés à cette démarche)
  • renforcer l'accompagnement des entreprises dans leurs actions de prévention, en s'attachant tout particulièrement aux entreprises de moins de 50 salariés ;
  • renforcer la coordination et la mobilisation des différents partenaires, tant au niveau national que dans les régions.

En 2010, le ministère du Travail achèvera la réforme des services de santé au travail, "afin d'en faire de véritables services de prévention de proximité pour les entreprises avec de véritables équipes pluridisciplinaires de santé au travail faisant appel à des compétences techniques complémentaires à celles des médecins du travail", a déclaré Eric Woerth.

© 2010 Net-iris

Commentaires et réactions :