Actualité juridique

Le Gouvernement veut inciter les entreprises à privilégier l'implantation de leurs centres d'appels sur le sol français

Le 20/07/2010 par La Rédaction de Net-iris, dans Affaires / Commercial & Sociétés.

Vos réactions...


Constatant que le secteur des centres d'appels, qui représente plus de 250.000 emplois et 13 milliards d'euros de chiffre d'affaires, délocalise de plus en plus ses activités vers des plates-formes téléphoniques situées au Maroc, en Tunisie, au Sénégal ou encore à l'Ile Maurice pour des raisons de réduction des coûts, le Gouvernement a décidé d'agir pour sauvegarder les emplois sur le sol français.

Le secrétaire d'Etat chargé de l'Emploi, Laurent Wauquiez, a en effet annoncé "que le gouvernement organisera des assises des centres d'appels à la rentrée avec la participation éventuelle de grandes entreprises comme Gaz de France, Bouygues Télécom, EDF et la SNCF". L'objectif est d'aboutir à la publication rapide d'un arrêté ministériel qui obligera les entreprises recourant à des centres d'appels à garantir la "transparence" sur leurs lieux d'implantation vis-à-vis de leur clientèle.

Actuellement, pour inciter les entreprises à conserver leurs centres d'appels en France, Laurent Wauquiez envisage quatre pistes d'actions, à savoir :

  • la mise en oeuvre d'une prime symbolique
  • l'octroi d'aides au recrutement et à la formation
  • l'octroi d'aides à l'installation en zone rurale
  • ou encore des allégements de cotisations sociales.

Le Gouvernement se penche également sur des scénarios plus contraignants tels qu'une surtaxe des appels provenant de sites implantés à l'étranger, ou encore l'application obligatoire d'un Code de bonne conduite pour les entreprises publiques.

© 2010 Net-iris

Commentaires et réactions :