Actualité juridique

Seuls les fabricants, importateurs et distributeurs prouvant que leurs tapis-puzzle ne contiennent pas de formamide peuvent continuer de les commercialiser

Le 15/12/2010 par La Rédaction de Net-iris, dans Civil / Consommation.

Vos réactions...


Conformément aux engagements du secrétaire d'Etat français chargé de la consommation, Frédéric Lefebvre, un arrêté du 14 décembre 2010 suspend la mise sur le marché et ordonne le retrait des jouets en mousse dits tapis-puzzle contenant du formamide. Cette mesure dite de précaution est valable pendant 3 mois, en attendant les résultats d'une enquête sanitaire et toxicologique complète. Les frais de retrait sont mis à la charge du responsable de la première mise sur le marché des jouets.
Si les résultats de l'enquête démontrent que l'exposition au formamide des tapis de jeux est si faible qu'elle n'est pas considérée comme toxique et dangereuse pour un enfant en bas âge, ces produits pourront de nouveau être commercialisés.

Pour l'heure, seuls les fabricants, importateurs et distributeurs des tapis puzzle pour enfants qui auront apporté la preuve que le produit ne contient pas de formamide (n°CAS : 75-12-7) pourront continuer à le commercialiser, de sorte que les consommateurs ne pourront acquérir que des jouets exempts de ce produit chimique.

Le formamide est utilisé dans des procédés industriels pour notamment assouplir les gommes. D'après sa fiche internationale de sécurité chimique, le formamide peut provoquer des irritations de la peau et des yeux, causer des maux de tête, des nausées et des pertes de conscience lorsqu'il est inhalé. En cas d'exposition à long terme et à haute dose, le formamide peut engendrer un effet toxique sur la reproduction ou le développement.

Soulignons que le formamide fait partie des substances dites CMR (classées comme cancérogènes et/ou mutagènes et/ou toxiques pour la reproduction par le règlement n°1272/2008), dont l'utilisation dans les jouets sera interdite dans tous les pays de l'Union européenne à partir de juillet 2013, en vertu de la directive européenne du 18 juin 2009 (n°2009/48/CE).
En effet, les substances CMR ne devront plus être utilisées dans les jouets et elles ne devront plus entrer dans la composition de jouets ou de parties de jouets micro-structurellement distinctes.

© 2010 Net-iris

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :